Fusillade à Roye : deux agresseurs de journalistes condamnés

  • A
  • A
Fusillade à Roye : deux agresseurs de journalistes condamnés
Les policiers sur les lieux de la fusillade de Roye.@ AFP
Partagez sur :

Deux membres de la communauté des gens du voyage ont été condamnés mardi à huit et six mois de prison avec sursis pour avoir frappé deux journalistes en reportage à Roye.

Ils avaient agressé violemment l'un de nos journalistes notamment. Deux membres de la communauté des gens du voyage ont été condamnés mardi à Amiens à huit et six mois de prison avec sursis pour avoir frappé deux journalistes en reportage à Roye, dans la Somme, le 25 août. Des faits survenus quelques heures après la fusillade qui avait éclaté dans le campement.

Roués de coups par plusieurs individus. Les deux accusés, âgés de 48 et 19 ans, sont frère et fils d'une des victimes de la fusillade. Une fusillade au cours de laquelle trois membres de la communauté des gens du voyage et un gendarme ont été tués par balles par un homme de 73 ans.

Au soir du crime, alors que la tension était vive aux abords de l'aire d'accueil des gens du voyage, barrée par les forces de l'ordre mais à laquelle de nombreux personnes souhaitaient accéder, notre journaliste d'Europe 1, Lionel Gougelot, avait été pris à partie et roué de coups par plusieurs individus. Un journaliste de RTL avait, quant à lui, pris un coup à l'arcade sourcilière.

"On était dans la discrétion, voire l'empathie". Pour l'un des accusés, "les journalistes étaient arrivés comme des vautours". "On était dans la discrétion, voire l'empathie", a rétorqué Lionel Gougelot, blessé aux côtes et à la main et qui a dû être arrêté trois semaines. L'avocat du journaliste de RTL, Me Emmanuel Riglaire, a rappelé que son client voulait témoigner du "chagrin de la communauté des gens du voyage".

"Dans une démocratie, on ne frappe pas les journalistes qui font leur travail", a indiqué l'avocat d'Europe 1, Me Bigot. "Là où la presse est chassée naît l'obscurantisme", a déclaré le procureur de la République, avant de requérir des peines de huit et 10 mois de prison avec sursis.