Eurostar : les passagers bloqués depuis mardi soir sont repartis

  • A
  • A
Eurostar : les passagers bloqués depuis mardi soir sont repartis
@ AFP
Partagez sur :

Les passagers de l'Eurostar bloqués depuis mardi soir ont quitté la gare de Calais-Frethun pour Londres mercredi vers 10 heures. L'intrusion de migrants sur les voies de est à l'origine d'une perturbation importante du trafic.

Les passagers de l'Eurostar bloqués depuis mardi soir ont quitté la gare de Calais-Frethun pour Londres, mercredi à 10h35. Une fuite de gaz sur la motrice arrière explique la longueur de l'arrêt en gare de Calais-Frethun, initialement provoqué par l'intrusion de migrants sur les voies, a précisé la préfecture du Pas-de-Calais. Six trains au total avaient subi de gros retards dès 22h30, à cause de cette présence, mais cinq avait pu repartir pour Londres.

700 passagers bloqués 12 heures. "A 1h30, les migrants ont été évincés par les forces de l'ordre, le train aurait pu repartir dans la foulée". Mais "au moment de repartir, il y a eu un incident technique, une fuite de gaz au niveau de la matrice arrière", a-t-on expliqué de même source. Vers 6 heures du matin, l'Eurostar était donc toujours coincé à quai. Parti à 19h42 de la gare du Nord, il est resté bloqué à partir de 21h30 à proximité de l'entrée du tunnel sous la Manche, avant d'être tracté vers 2 heures du matin en gare de Calais-Frethun. 

Un embarquement fastidieux. Vers 9 heures, un Eurostar est arrivé en gare de Calais-Frethun pour acheminer les passagers à la place de l'autre train où la fuite de gaz avait été détectée. Juste avant 10 heures, des centaines de passagers, autour de 700, sont montés à bord pour gagner Londres. Certains portaient des couverture de survie pour se protéger du froid. On pouvait entendre des enfants pleurer. Selon l'une des passagères, le contrôle des passeports de tous les passagers a retardé l'embarquement. Le train n'est donc parti que 40 minutes plus tard.

D'autre part, Eurotunnel a tenu à faire savoir qu'"il n'y a pas de migrants qui se sont introduits dans le tunnel sous la Manche". "Les migrants étaient sur les voies SNCF de la gare de Calais et non pas dans le tunnel sous la Manche", a insisté un porte-parole.