Cocaïne volée au "36" : d'où viennent les 20.000 euros ?

  • A
  • A
Cocaïne volée au "36" :  d'où viennent les 20.000 euros ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

INFO E1 - Téléphone coupé, importantes sommes d'argent liquide, ... Les indices s'accumulent autour du policier soupçonné d'avoir volé 52 kilos de drogue.

Les soupçons autour du policier de la brigade des stupéfiants se précisent. Interpellé après la disparition de plus de 50 kilos de cocaïne au 36, Quai des Orfèvres, le fonctionnaire a été placé en garde à vue samedi soir. Cette mesure a été prolongée lundi jusqu'à mercredi. Les enquêteurs de l'IGPN, la police des polices, espèrent bien faire sortir le suspect de son mutisme. Jusqu'ici, le suspect a en effet souhaité garder le silence, ne donnant aucun indice aux enquêteurs sur les motivations de son présumé vol. Mais de nouveaux éléments troublants confortent les enquêteurs dans l'idée qu'il s'agit bien du principal suspect dans cette affaire.

>> LIRE AUSSI - La disparition de 50 kilos de cocaïne secoue le 36

Un téléphone mystérieusement coupé. Les indices commencent à s'accumuler, notamment sur la nuit du vol, quand les caméras de surveillance l’ont filmé, portant deux gros sacs remplis de pains de cocaïne. Cette fameuse nuit, son téléphone portable a été coupé avant son arrivée au siège de la police judiciaire parisienne… et rallumé bien après son départ avec la drogue. Une précaution prise par de nombreux malfaiteurs et permettant de ne pas être géolocalisé ensuite.

>> LIRE AUSSI - Cocaïne disparue : un policier insoupçonnable mais...

D'importantes sommes d'argent en liquide. Autre indice troublant : de fortes sommes d’argent liquide ont été retrouvées lors des perquisitions. D’après les informations d'Europe 1, il y avait 7.000 euros en espèces à son domicile parisien et 20.000 euros dans sa valise à Perpignan. D’où vient tout cet argent ? S’agit-il d’une partie de ce qu’il aurait touché en échange de la drogue ? C’est l'une des hypothèses envisagées par les "bœuf-carottes".

>> LIRE AUSSI - Le policier interpellé est suspendu

Une demi-douzaine de biens immobiliers. Enfin, en marge de l’affaire, le patrimoine immobilier du suspect interpelle également les enquêteurs. Toujours selon les informations d'Europe 1, le fonctionnaire possède deux pavillons à Perpignan et cinq studios, ou chambres de bonne, à Paris et en proche banlieue. Des biens acquis avant l’affaire et à plusieurs acheteurs, via une Société civile immobilière (SCI). Ce patrimoine pourrait notamment être lié à sa compagne. Cette dernière a été entendue lundi en tant que témoin par les enquêteurs de l'IGPN. La jeune femme se trouvait avec son mari, lorsqu'il a été interpellé samedi. Le couple et leur fille faisaient des courses en famille, sur leur lieu de vacances à Perpignan.

Les enquêteurs de l’IGPN s’intéressent donc à tout. Et le brigadier, âgé de 33 ans, lui, use de son droit au silence. Serein, presque arrogant dans son attitude, il refuse toujours d’expliquer où sont passés les 52 kilos de cocaïne.