Attaque du Bataclan : l'avocat Olivier Morice dénonce un "fiasco" du renseignement

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

CRITIQUE - L'avocat de plusieurs familles de victimes du Bataclan dénonce l'inertie des autorités.

L'avocat de la famille de Cécile Vannier, jeune Française morte dans un attentat au Caire le 22 février 2009, qui est également le conseil de plusieurs victimes et familles de victimes de l'attaque du Bataclan, a considéré lundi dans Europe Soir que toutes les dispositions n'avaient pas été prises en matière de renseignement ces dernières années.

"Une information judiciaire a été ouverte dans la foulée de ce que nous connaissions dans le dossier l'attentat du Caire", a rappelé maître Olivier Morice. "Cette information judiciaire portait sur un projet d'attentat au Bataclan, et on voit bien qu'un certain nombre de protagonistes qui ont été entendus dans cette affaire sont concernés par les actes criminels qui ont été commis le 13 novembre 2015, notamment les frères Clain (Jean-Michel et Fabien)." Fabien Clain est la voix qui apparaît sur la revendication des attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis. Dans le dossier du Caire, il est décrit comme un proche de l'un des suspects soupçonné de préparer au même moment une attaque contre le Bataclan.

Ce qui est difficile aujourd'hui, c'est de pointer du doigt des dysfonctionnements qui auraient dû conduire à la mise en oeuvre de précautions.

"Il y a aussi d'autres personnes (dans le dossier du Caire), comme Monsieur (Ahmad) Dahmani, une personne très importante dans ce dossier", ajoute l'homme de loi. "Ce qui est du bon sens, c'est de remarquer que ces différents protagonistes que l'on retrouve à la fois dans le projet d'attentat du Bataclan et dans les actes criminels qui ont été commis au Bataclan mais aussi sur les terrasses auraient dû conduire la justice à ce que cette salle de spectacle soit mieux protégée. On sait dès l'été 2015 qu'en plus de ce projet d'attentat du Bataclan, il y a des informations qui remontent aux services français et à l'autorité judiciaire de témoins expliquant qu'il y a un attentat imminent qui va se dérouler dans une salle de spectacle où il y aura un concert de rock. Et aucune précaution, aucun lien, aucune connexion n'a été faite avec ce projet d'attentat du Bataclan, c'est véritablement incompréhensible, ça relève d'un dysfonctionnement majeur. Moi, je parle même d'un fiasco."

Maître Olivier Morice conclut : "Ce qui est difficile aujourd'hui, c'est de pointer du doigt des dysfonctionnements qui auraient dû conduire à la mise en oeuvre de précautions". Les parents de la Cécile Vannier estiment qu'une enquête plus poussée dans l'attentat du Caire aurait peut-être sauvé la vie des personnes mortes le 13 novembre.