Ségolène Royal atteinte du syndrome de Stockholm ?

  • A
  • A
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Il semblerait que les voyages ne réussissent pas à Ségolène Royal qui a une nouvelle fois dérapé ce week-end à Cuba en faisant l'éloge du défunt Fidel Castro.

Selon Yves Thréard, Ségolène Royal serait atteinte du syndrome de Stockholm.

C’est à croire car, à chaque fois, qu’elle est en voyage en terres totalitaires, elle a de la sympathie pour ses hôtes. Ce week-end, c’était à Cuba pour les funérailles de Fidel Castro. Dans la bouche de Ségolène Royal, le défunt tyran passerait presque pour un christ libérateur et son régime pour un modèle de démocratie.
Cet instant de "castritude" intervient neuf ans après son fameux moment de "bravitude". En 2007, en pleine campagne présidentielle, Ségolène Royal avait salué la "rapidité de la justice chinoise". Non, non, ce n’était pas de l’humour noir !
Ségolène Royal, réputée pour la fulgurance de ses intuitions, est, pour le moins, mal inspirée quand elle voyage. Les voyages ne lui réussissent pas. Pourvu qu’elle n’aille pas en Corée du Nord. Elle serait capable de porter Kim Jong-un aux nues !

C’est une grosse bourde de sa part ?

Certes, mais elle semblait tout à fait sincère à La Havane.
Décidément, cette dictature tropicale fascine les compagnes, ou ex compagnes, des présidents de la République socialistes. On se souvient de Danielle Mitterrand, qui était à tu et à toi avec le Lider Maximo dont elle embrassait la barbe avec gourmandise. Elle aussi refusait de reconnaître les horreurs commises par le régime castriste. François Mitterrand en était gêné. La mythologie castriste s’est toujours bien portée dans une partie de la gauche
Au-delà, on peut se demander l’intérêt qu’a Ségolène Royal à faire l’éloge de Cuba aujourd’hui. Est-ce parce qu’elle brigue la tête d’une grande organisation de l’ONU, une fois qu’elle sera sortie du gouvernement, qu’elle veut séduire les pays les plus infréquentables et ainsi acheter leurs voix ? Ce n’est pas impossible.

Quelle conséquence peuvent avoir ses propos ?

Beaucoup, à gauche comme à droite, se sont indignés.
Ségolène Royal est ministre de l’Écologie, pas des Affaires étrangères. Mais tout de même…
On doute pourtant qu’elle soit débarquée du gouvernement. D’abord, parce que François Hollande a plus que de l’estime pour la mère de ses enfants. Ensuite, parce que la virer reviendrait à créer une nouvelle crise dont le chef de l’État et le gouvernement n’ont vraiment pas besoin.