Pourquoi la droite adore-t-elle Mélenchon ?

  • A
  • A
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

La droite aime son panache, son côté Cyrano de Bergerac, le tribun qui emporte les foules par son sens de la formule, à l’histoire de France et aux grands hommes.

Le regard d'Yves Thréard. Bonjour Yves. Pourquoi la droite aime bien Jean-Luc Mélenchon ? 

L’homme en forme du moment dans les sondages exerce une certaine séduction auprès des électeurs de droite. Pas auprès de tous, bien sûr.
Ils ont pour lui de la sympathie : +18% parmi les sympathisants de la droite et du centre dans le dernier baromètre Elabe.
Ce qu’ils doivent apprécier chez Mélenchon, c’est le panache, le côté Cyrano de Bergerac, le tribun qui emporte les foules par son sens de la formule, ses références à Valmy, à l’histoire de France et aux grands hommes. Enfin, la droite a la culture du chef, du bonapartisme. Or le candidat de la France insoumise incarne cette autorité à merveille. Il est d’ailleurs l’un des derniers dans le paysage politique.

Son programme doit tout de même faire peur à cette droite

Evidemment, à ses yeux, son programme est même dangereux. Surtout sur le plan économique, avec son côté "Gosplan". Mais certaines de ses idées peuvent faire mouche. Comme le rétablissement du service national ou la sortie de l’OTAN. Mélenchon défend une France militairement indépendante. Il veut s’entendre avec Poutine rappelant que De Gaulle, je le cite, "s’était entendu avec Staline et Mao". Son aversion pour l’Europe telle qu’elle marche et sa défense des frontières peuvent aussi avoir un écho. Mélenchon, c’est la gauche patriotique, populaire, romantique, celle de l’ordre républicain. Rien à avoir avec la gauche bobo et techno du PS, et celle des minorités visibles. Mélenchon, c’est la gauche à l’ancienne, comme peut l’aimer une certaine droite un tantinet nostalgique.

Cette sympathie peut-elle se transformer en intention de vote ?

Cette droite n’ira sans doute pas jusqu’à en faire son candidat. Elle est ravie de voir que Mélenchon est en train de ridiculiser le PS. Mais maintenant qu’il talonne François Fillon dans les sondages, elle pourrait beaucoup moins l’aimer !