Et s’il y avait un vote caché pour Fillon ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque matin, Yves Thréard nous livre son analyse politique à quelques semaines de l'élection présidentielle.

Et s’il y avait un vote caché pour Fillon ?

Les partisans et l’entourage de Fillon veulent y croire. Ils s’accrochent à cette intuition comme à un rocher pour ne pas couler ni désespérer.
Selon eux, les sondages sous-évaluent leur champion car beaucoup d’électeurs n’oseraient pas dire qu’ils votent Fillon à cause de ses casseroles judiciaires. Comme naguère, on n’osait pas avouer qu’on votait Le Pen.
Et pour étayer leur pressentiment, ils citent les analyses de la société canadienne Filteris qui circulent sur Internet et qui avaient donné Trump gagnant. Elles mesurent le buzz, négatif et positif, des candidats sur les réseaux sociaux. Le poids numérique des candidats. Et là, Fillon arrive deuxième, devant Macron et derrière Le Pen.
Le seul problème, c’est que les méthodes de Filteris sont loin d’être fiables.

Tout cela est donc un peu fantaisiste ?

La thèse du vote caché se heurte au fait qu’aujourd’hui la plupart des sondeurs interrogent les électeurs non plus par téléphone ou en face à face, mais par Internet. Donc, sur ce support, inutile de se cacher, de ne pas dire la vérité sur son intention de vote.
Déjà, en 2012 et lors de la primaire de la droite, Sarkozy avait utilisé cet argument du vote caché : et on a vu le résultat, il a quand même perdu.
En revanche, il y a des arguments pour penser que Fillon est peut-être sous-évalué : d’abord,
4 électeurs sur dix sont encore indécis ; ensuite, 1 électeur de Macron sur 2 dit encore pouvoir changer d’avis ; enfin, Fillon est très fort chez les retraités, qui sont ceux qui votent généralement le plus massivement, contrairement aux jeunes.

Y a-t-il eu déjà des surprises dans le passé par rapport aux intentions de vote mesurées moins d’un mois avant le premier tour ?

Oui, en 1995, Chirac est donné devant Jospin, et c’est pourtant Jospin qui vire en tête. Et puis, il y a la surprise de 2002 où Jean-Marie Le Pen s’invite au second tour coiffant sur le poteau le même Jospin. Donc, pour Fillon, un miracle est toujours possible…