Fessenheim ne va pas fermer de sitôt

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le zoom éco est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Si l'Etat ordonne autoritairement la fermeture d'une centrale qui fonctionne, il faut indemniser EDF à hauteur de 500 millions d'euros. 

EDF aurait-il un plan secret pour ne pas fermer la centrale nucléaire de Fessenheim ? (On sait que c'est une promesse - réitérée - de François Hollande) Un Conseil d'Administration a lieu demain et – selon Le Parisien- EDF aurait une botte secrète.  Axel, Quelle est-elle cette "botte secrète" ?

Demain se déroule le Conseil d'Administration d'EDF,  12 membres vont voter. Il y a 6 administrateurs salariés (qui représentent les salariés). C'est simple. Tous votent contre la fermeture de Fessenheim.  Et puis, il y a 6 administrateurs indépendants. Il suffit qu'un seul vote contre la fermeture pour que Fessenheim ne ferme pas et que cette promesse de François Hollande tombe à l'eau. Plutôt que d'infliger un camouflet à François Hollande en toute fin de mandat.

L'idée, serait donc de décider de ne rien décider. Ou plutôt de demander au patron d'EDF – Jean-Bernard Levy - de prendre lui-même la décision, ce qui permettrait de gagner du temps.

 

C'est à dire ? Attendre l'élection présidentielle ?

 

Evidemment, on est à moins de 3 semaines du 1er tour. Et donc, tout peut changer avec un nouveau président. je vous rappelle que : François Fillon et Marine Le Pen sont contre la fermeture de Fessenheim. Emmanuel Macron, lui, est plus flou

Mais, il est pour la sortie du nucléaire non ?

Oui, enfin, là, il y a beaucoup d'hypocrisie. Franchement, on ne sort pas du nucléaire. Au contraire, on relance la filière, avec l'EPR, actuellement en construction à Flamanville. Si on veut vraiment sortir du nucléaire. On arrête Flamanville. Et on attend tranquillement que les centrales actuelles, arrivent en fin de vie. Ce qui n'est pas le cas de Fessenheim. Qui a été entièrement rénové et qui peut encore fournir de l'électricité à très bas prix, pendant des années et des années.

Franchement - et c'est pour ça que ce dossier traine autant - On est là, face à une décision - contraire à toute rationalité économique. D'autant que - cerise sur le gâteau - Si l'Etat ordonne autoritairement la fermeture d'une centrale qui marche, il est dans une logique d'expropriation. Ce qui veut dire qu'il faut indemniser EDF. Au bas mot, 400 millions d'euros. On va donc- vous l'avez compris- consacrer 500 millions d'euros d'argent public pour ne pas produire de l'électricité.  Donc, Vous comprenez qu'EDF joue, un peu, la montre sur ce dossier.