Theresa May en échec

  • A
  • A
Le portrait de Catherine Nay est une chronique de l'émission Europe 1 Week end
Partagez sur :

Catherine Nay revient sur l'échec de Theresa May qui avait convoqué des élections législatives anticipées pour négocier le Brexit en position de force. 

Bonjour Catherine Nay...

Bonjour Sébastien Guyot...

Le 18 avril, Theresa May avait provoqué la surprise en convoquant des élections législatives... Elle entendait conforté sa majorité absolue pour négocier en position de force le Brexit, la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union Européenne... Raté! Elle a perdu sa majorité absolue...

C'est ce qui s'appelle se tirer une balle dans le pied... Convoquer les électeurs, la Première Ministre l'avait décidé comme ça pendant les vacances de pâques lors d'une marche avec son mari en Ecosse... Et sans consulter ses principaux ministres...

Au motif, qu'elle voulait un leadership "fort et stable" slogan martelé pendant toute sa campagne... comprenez, un mandat clair pour négocier en position de force un Hard Brexit comme elle disait... Mais sur le coup, la presse a crié au coup de génie, vu l'état de l'opposition travailliste, c'était le bon moment... Son leader Jeremy Corbin allait être viré du Labour pour cause d'incompétence, d'absence de charisme, d'échec dans les éléctions locales... Theresa May le traitait par le mépris... Les sondeurs promettaient au conservateur un gain de 100 sièges... Bingo. le gros lot... 

Comme quoi il faut toujours se méfier avec le suffrage universel...

Et oui! Trop sûre d'elle, Madame May a commis beaucoup d'erreurs... D'abord en refusant de débattre avec Jeremy Corbin ce qui n'est ni fair-play, ni dans les usages habituels... Mais de quoi avez-vous peur ? Rétorquait son adversaire... Pêché d'arrogance donc et puis elle a eu le tort de vouloir toucher au porte-monnaie du cœur de son électorat les personnes âgées, avec son impôt sur les successions pour financer l'Alzheimer... Alors devant le tollé, elle a reculé... Du coup, son slogan "forte et stable" a été transformé en "faible et instable" par ses adversaires... Mais surtout, avec les 2 attentats terroristes... Manchester le 22 mai, puis le 3 juin à Londres, ont relancé la polémique sur la cure d'austérité qu'entre 2010 et 2016 elle avait imposé comme ministre de l'intérieur aux forces de l'ordre... en supprimant 20 000 postes...

Résultat... le Labour de Jérémy Corbin gagne 29 sièges, et Thérésa avec 12 sièges en moins a perdu la majorité absolue...

Bien oui, Jérémy Corbin qui est un peu le Bernie Sanders Anglais plait aux jeunes...

Il est allé sur le terrain...pour parler avec eux de partage, de justice, de solidarité... Et ce sont eux qui ont fait la différence...A Canterburry ou à Sheffield, villes universitaires se sont eux qui ont fait basculer les circonscriptions dans le camp travailliste...

Mais Theresa May ne plie pas, elle va former un nouveau gouvernement avec ses nouveaux alliés... Le parti Irlandais démocratique unioniste qui compte 10 élus...

Et qui vont monnayer leur fidélité... Mais la Première ministre va être à la merci de la fronde dans son parti... L'opposition qui réclame sa démission va la harceler... Jeremy Corbin se dit prêt à servir... Il revient de loin... De nouvelles élections à l'automne ne sont pas exclues...

Mais que devient la négociation sur le Brexit ?

Ces résultats ne remettent pas en cause la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne... Seulement, l'horloge tourne... Michel Barnier, désigné par la commission pour être le négociateur du Brexit dit qu'il n'y aura pas délai supplémentaire... Madame May ayant activé l'article 50 du traité de sortie de l'union le 30 mars dernier... Dans 2 ans, jour pour jour à minuit... Le 30 mars 2019, la Grande-Bretagne aura quitté l'Union pour devenir un pays tiers...

Avec ces éléctions, elle espérait négocier en position de force...

En clair, obtenir le meilleur accord de libre échange pour l'après Brexit... Mais, d'ici là, il faut détricoter 44 années d'intégration en moins de 2 ans... C'est un très gros boulot... Un énorme défi pour la Grande-Bretagne qui a désormais face à elle le bloc des 27 unis sur une ligne dure... On ne lui fera pas de cadeau..