Tokyo de Gaspard Walter

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque soir, Nicolas Carreau nous emmène à la découverte des plus belles nouveautés littéraires.

Tokyo de Gaspard Walter aux Éditions de la Martinière

On voyage direction le Japon !

Tokyo, en particulier. Avec ce livre : Ticket to Tokyo tout simplement, aux éditions de la Martinière. On appelle ça un "beau-livre". Là, on peut dire un "très beau livre". La couverture, c’est une table d’un restaurant, dans une petite rue manifestement, avec un pot rempli de baguettes au-dessous d’idéogrammes japonais… déjà on y est. Et on a encore 200 photos pour s’y plonger.

Parce que c’est un livre pratiquement que de photos ?

Oui par le photographe Gaspard Walter. Et comme il dit, ce livre n’est pas un guide, c’est un voyage. Au sens où rien n’est en ordre. Pas d’itinéraire précis, pas non plus de rendez-vous particulier. Ce sont des instantanées de la ville. Et ça la rend d’autant plus accessible. Des photos du métro par exemple, tenez. Pas les images habituelles du métro bondé avec des gens chargés de pousser les voyageurs pour fermer les portes. Non. Juste un soir comme un autre à Tokyo. On visite le quartier Shinjuku aussi et ses gigantesques mosaïques de publicités lumineuses. Les petites rues sombres avec de petits restos de part et d’autre. Des arrières cuisines un peu crades.

C’est le Tokyo loin des sentiers battus ?

C’est ça. Gaspard Walter dispute par exemple une partie de jeu vidéo (le jeu Metroid pour les connaisseurs) avec un type du coin. On traine dans des parcs incroyables, on visite des temples… Et alors, c’est essentiellement des photos, oui, mais il y a aussi de petits textes, comme un carnet de voyage. Des ressentis, des situations, comme celle-ci : "J’ai mon sac sur les genoux, mais la patronne me demande de le mettre sous la table, et de m’asseoir sur le coussin, et de lire la brochure, et de prendre une photo et de passer commande. Elle ne dit pas : "s’il vous plait", ni "Pourriez-vous ?", elle pointe du doigt, elle exige, elle hoche la tête. Je m'exécute". Tout ça pour boire une bière verte, au gout de feuille morte nous dit-il. Il dort aussi dans un capsule hôtel. Des sortes de clapiers à lapins, de petites cases où l’on a juste la place de s’allonger. Au plafond, une petite télé, une radio et c’est tout. Dernière image : le temple de Gotokuji peuplé de centaines de petites statues de chats. Vous savez celui qui lève la main d’un air de dire bonjour ou au revoir. C’est impressionnant, complètement incongru et beau finalement. C’est le Japon…

Et pour continuer la balade, Ticket to Tokyo donc aux éditions de la Martinière.

Les émissions précédentes