Le marché de l'automobile au beau fixe, le Magazine littéraire et les hôpitaux

  • A
  • A
Le kiosque de Samuel Etienne est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Elisabeth Assayag, Nicolas Carreau et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse en région avec à la Une, l'hôpital.

"État d'urgence aux urgences" titre Var Matin aujourd'hui. Saturation à Toulon, les équipes médicales sont à bout de souffle. La place vient à manquer comme l'illustre la photo de Une avec ces lits installés côte à côte derrière des paravents sur lesquels sont collées des affichettes "zone de confinement".

L'hôpital, lieu de défi comme à Boulogne-sur-Mer. C'est Aujourd'hui en France qui raconte le challenge que s'est lancé Frédéric Bellanger, 48 ans, atteint de la maladie de Parkinson. Malgré la maladie, il veut battre le record du monde de distance en vélo fixe, ces vélos d'entrainement qu'on a à la maison : 2854 kilomètres en 6 jours et 6 nuits. Il va pédaler jusqu'à lundi midi pour donner un peu d'espoir aux autres malades !

L'hôpital enfin où aurait dû arriver le petit Milan début février. Sauf que le bébé a choisi de pointer le bout de son nez en avance : c'était même le 26 décembre raconte La République des Pyrénées. Sa maman était dans son bain. Le temps que les pompiers arrive, il était déjà là. Une petite crevette de 2 kilos qui a ensuite passé 4 jours en couveuse à l'hôpital.

La personnalité du jour innove en Normandie !

C'est une trentaine d'enfants qui sont les premiers en France à se rendre à l'école en bus à pédale. Ce cyclobus scolaire - c'est son vrai nom - est un quadricycle vert, à assistance électrique, avec une dizaine de places, et des pédales sous les sièges. Le volant est à gauche, avec un adulte à la barre. Adulte et enfants qui moulinent donc pour atteindre une vitesse de 15 km/h, avec leur casque et leur gilet jaune, parcourent ainsi, raconte Ouest France, des trajets d'un peu moins de 4 kilomètres depuis le début de la semaine. Même par les températures hivernales du moment, tout le monde parait-il pédale avec entrain. L'engin avait été testé pendant 2 ans à Rouen, qui n'a finalement pas retenu le projet. C'est donc à Louviers, dans l'Eure, qu'il a trouvé preneur. 3 cyclobus scolaires qui suscitent déjà beaucoup d'intérêt. Les villes de Grenoble et de Lille s'y intéresseraient.

La conso avec le marché de l'occasion qui marche très fort.

2016 a été une année record pour les ventes de voitures d'occasion. Il ne s'est jamais vendu autant de voitures d'occasion : quasiment 6 millions de voitures ont changé de propriétaires. On est dans une progression de 1% par rapport à l'année dernière. En tête ce sont les Renault Clio qui se vendent le plus et même si ce n'est pas bon pour la planète c'est encore et toujours les voitures diesel qui sont les  plus recherchées.

Et au même moment ça va aussi très bien pour les voitures neuves ?

Oui les  immatriculations de voitures neuves en France ont augmenté de 5,8% en à peine à un. En 2016, le marché a dépassé le seuil symbolique des deux millions d'immatriculations. C'est une première depuis 5 ans, avec un bond de 7% pour le groupe Renault en partie grâce à Dacia, sa marque de voiture low cost, dont mes livraisons ont bondi. Une hausse aussi de près de 1,5% pour PSA.

Donc un marché qui se porte bien, même si les prix des voitures neuves augmentent.

Le prix moyen d'une voiture neuve vendue à un particulier chez un concessionnaire est de 24 300 euros, en hausse de 4% en partie à cause des super fonctions électroniques, informatiques et les efforts mis en place pour le confort la sécurité ou pour réduire la consommation de carburants.

Mais tout le monde ne peut pas s'offrir de voitures. On fait comment quand on ne peut pas ?

Et bien justement, pas seulement pour des questions d'argent mais aussi pour des raison d'environnement, il y a aussi le partage de voiture qui se développe de plus en plus. Les formules de partage de voitures prennent de l'ampleur. Par exemple on s'inscrit sur une plate forme comme ouicar.fr. Sur son téléphone, on dit qu'on a besoin d'une voiture pendant 24 heures et on vous indique l'endroit où la voiture est disponible.

Dans les grandes villes on s'aperçoit qu'on utilise rarement sa voiture ou alors quand on l'utilise c'est aux même horaires et que le reste du temps elle dort dans un garage. Les constructeurs l'ont compris puisque par exemple Renault va lancer en avril une voiture en copropriété ! Ce seront des Nissan Micra qui seront utilisées alors qu’elle auront été achetées par plusieurs personnes. C'est comme de la copropriété d'appartement... Vous utiliserez votre voiture le week-end, et moi la semaine !

Nicolas Carreau, comme tous les vendredis, vous ne nous parlez pas d’un livre mais d’une revue.

Oui. J’ai choisi cette semaine le Magazine littéraire de ce mois de janvier. Nouvelle formule, plus aérée. C’est parfait pour la rentrée littéraire. Avec de nombreuses critiques de livres, évidemment, mais pas que. Il y a aussi, par exemple, un long portrait de Sylvain Tesson, l’écrivain marcheur dont on a déjà parlé ici. Le magazine littéraire se demande d’où il vient, justement, quel était son point de départ et s’intéresse notamment à son enfance, avec ses deux parents un peu décalés. Marie-Claude, sa mère, qui a fondé le Quotidien du médecin et le père, le journaliste et polémiste Philippe Tesson. L’éducation de Sylvain s’est résumé à deux préceptes, nous dit le magazine littéraire : "C’est pas grave", disait le père, le littéraire et "Suis ta nature", ça, c’était la philosophie de la mère, la scientifique.

Philippe Tesson, directeur de théâtre aussi. Et justement, je vois Molière en couverture.

Effectivement. Alors pourquoi Molière ? Pourquoi maintenant ? Eh bien, la réponse est dans le sous-titre : "L’antidote au fanatisme". Molière est – malheureusement – très utile aujourd’hui. Être Charlie, c’est être aussi un peu Molière, selon le magazine. Quoi de mieux que Tartuffe pour faire comprendre et lutter contre le fanatisme religieux et son imposture ? Il y a donc une analyse de l’œuvre, mais aussi une belle interview de Lucchini, interrogé sur Molière donc. Mais qui ne peut pas s’empêcher de digresser et qui donc finit par nous parler aussi de Céline, de Rimbaud, de La Fontaine.

C’est loin de la rentrée littéraire de janvier quand même.

Oh ne vous inquiétez pas pour ça. Il y a ce qu’il faut. En plus des critiques, il y aussi une longue interview de Pennac sur son dernier livre Le cas Malaussène. Il renoue avec ses vieux personnages, les Malaussène, qu’il avait laissé tomber depuis des années. Il y est revenu après avoir croisé une dame de 90 ans dans une librairie qui lui a demandé des nouvelles des Malaussène. C’est sa petite-fille de 25 ans, présente elle aussi dans la librairie, qui lui avait fait découvrir. Et elle-même a confié à Pennac que c’était sa mère qui lui avait offerts. Ça a touché l’écrivain qui leur a promis d’y revenir.