Pendant ce temps à Alep...

  • A
  • A
La revue de presse est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

La presse quotidienne revient ce jeudi sur la situation qui s'envenime à Alep en Syrie.

Ce matin en Une de vos journaux on regarde du côté du Moyen Orient :
Libération : pendant ce temps à Alep… Les bombes, les enfants massacrés.
Et puis Le Monde : l’inquiétude des autorités françaises face au retour des djihadistes de Syrie.

Pendant ce temps l’économie continue de tourner.
Les Échos : les pays de l’OPEP font flamber le prix du pétrole.
Le Figaro : hausse des taux d’intérêt : vers la fin de l’argent facile.
Et Le Parisien : dans les coulisses de l’évasion fiscale.

Primaire à gauche

C’est Le Parisien qui s’avance ce matin : "sauf surprise de dernière minute, François Hollande serait candidat à sa succession, et ce, sans passer par la case primaire". Évidemment, ceux qui ont accepté le jeu de ladite primaire s’étranglent. Mais "quand on est le président sortant, argumente un ministre, la primaire est une formidable machine à diviser. Elle se transforme en référendum contre vous". Pourtant du côté de Libération, grand promoteur d’une primaire à gauche, on continue d’insister. "Refuser les primaires, écrit Alain Auffray, c’est accepter qu’une élection présidentielle puisse se terminer par les duels les plus improbables". Mélenchon-Le Pen par exemple. Parce qu’il s’agit justement de fustiger le patron de la France insoumise qui refuse de se plier au jeu. Alors, si la primaire ne se fait pas, il sera toujours temps d’expliquer que c’est de sa faute. Pourtant, dans Le Figaro, Guillaume Tabard rappelle les multiples revirements de François Hollande sur le sujet, expliquant que s’il finit par y aller, "il n’en aura pas moins contribué à ébranler et discréditer un peu plus cette primaire socialiste. Comme s’il voulait aller au bout d’un processus d’auto destruction". Il y a donc plus intéressant pour penser un avenir de la gauche ce matin. C’est l’interview de Jacques Généreux dans Libération. L’économiste signe un livre, "la Déconnomie", dénonciation d’un système économique déconnant qui se pare des vertus de la science et du pragmatisme. Il s’appuie même sur les sciences cognitives pour comprendre comment des gens intelligents, parfois Prix Nobel, peuvent s’entêter même quand leur système s’effondre. Pour nous en sortir, "il nous faut comprendre la bêtise des intelligents".

IVG

De Libération au Figaro, on s’écharpe sur le délit d’entrave à l’IVG. Atteinte à la liberté de conscience dit Le Figaro. Retour en force des réacs et des cathos prévient Libération. C’est dans La Croix qu’on prend un peu de hauteur avec l’interview du professeur Israël Nisand, co-auteur en 2006 d’un rapport sur la prévention de l’IVG chez les mineures. Il s’insurge aussi bien contre les associations religieuses qui freinent toute information sur la contraception à destination des adolescentes que ce courant idéologique, en face, qui affirme que finalement un avortement serait un événement positif dans la vie d’une femme et tous ces professionnels qui vivent de l’IVG et le voient comme un marché. Il plaide pour une véritable campagne d’information sur la contraception. Loin des idéologies des uns et des autres.

Manipulation

Il faut lire le numéro de Sciences Humaines consacré à la manipulation. Augmentation sans précédent de la fraude scientifique et petits arrangements avec les statistiques. Manipulation bienveillante quand il s’agit d’inciter les consommateurs à un comportement positif. Manipulation par les images non pas en les détournant mais en sélectionnant celles qui auront un impact. Et bien sûr manipulation économique. Un exemple, le fait de payer par carte de crédit nous dispose à accepter de payer un produit plus cher que si nous réglons en liquide. D’où l’incitation générale. La seule prévention : prendre conscience de la manipulation.


Manipulation ou art de nous prendre pour des abrutis ? Puisque toute la presse se passionne pour le défilé de lingerie Victoria’s Secret, les Inrocks reviennent sur cette habitude de la marque de montrer les photos de ses mannequins vedette avant retouche par photoshop. Le message : on ne participe pas au culte du corps parfait. Résultat : des filles d’1m80 et 45 kilos mais avec une ridule ou une micro vergeture. Ça change tout. Mais la manipulation, c’est aussi quand les mots perdent leur sens. Le site Huffington Post nous annonce la mort de l’inventeur du Big mac. Le génie qui a eu l’idée de mettre 2 steaks entre les morceaux de pain mou. L’article est classé dans la rubrique Culture. Notez qu’au-dessus, on a un sondage exclusif : la popularité de François Hollande remonte.