Législatives : Macron prépare l'après

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

La presse quotidienne revient ce lundi sur les législatives mais également sur ce qu'envisage Emmanuel Macron pour la suite.

Ce matin en Une de vos journaux il est dehors, il est dedans. Macron sur le front extérieur :
La Dépêche du Midi : Macron-Poutine : acte 1 à Versailles.
Libération : Macron : le test Poutine.

Macron sur le front intérieur :
Le Figaro : Législatives : Macron prépare l’après.
Le Monde : Ces hauts fonctionnaires qui vont diriger la France.
Les Échos : Réforme du travail : ce que veulent les Français.

Macron

On parle de main et de sommets, dans les éditos ce matin. "Après la main ferme, la main froide ?" s’interroge Rémi Godeau dans l’Opinion pour commenter le passage de Donald Trump à Vladimir Poutine. Ils se sont pâmés devant Macron au G7, ils frémissent en imaginant Macron à Versailles. Certes, il y a quelques détails à régler, la Syrie, l’Ukraine, mais les adjectifs relèvent plus de la chronique mondaine que de l’analyse diplomatique : on l’espère "viril". Il faut aller sur le site Causeur pour trouver sous la plume de Jacques Sapir un véritable décryptage : "L’Union européenne a développé depuis 2014 une politique d’hostilité vis-à-vis de la Russie. Ce sera donc un test pour savoir si le président Macron veut alléger la contrainte de l’UE et mettre en œuvre une politique plus française, plus tournée vers les intérêts de la France, ou s’il place la politique étrangère française sous le cadre de l’UE. Emmanuel Macron a explicitement déclaré qu’il voulait des "bonnes relations" avec la Russie. Il est un homme pragmatique, et non pas quelqu’un dont la pensée internationale est chargée d’idéologie, comme le furent François Hollande ou ses ministres des Affaires étrangères, Laurent Fabius et Jean-Marc Ayrault".

Moins glorieux

Loin des ors de Versailles, Le Parisien publie le témoignage d’un avocat à l’origine de l’opération immobilière devenue l’affaire Ferrand. Alain Castel dit avoir été choqué, à l’époque, par le montage qu’il qualifie d’enfumage. "La vraie question, c’est pourquoi Richard Ferrand n’a pas fait acheter l’immeuble par la mutuelle. C’était l’intérêt de celle-ci. Elle faisait un prêt, engageait des travaux et se retrouvait 15 ans plus tard propriétaire d’un bien largement fructifié. Or là, c’est la compagne de Richard Ferrand qui se retrouve dans cette position".

Éducation

Le Parisien consacre sa Une aux chantiers de Jean-Michel Blanquer : réforme de l’éducation : ce qu’ils ont en tête. Comme le résume une enseignante : "Je laisse sa chance au produit, mais je suis prête à bondir". Parmi les principaux dossiers, le projet de 12 élèves par classe de CP en zones d’éducation prioritaire. "Il est faux de croire que tous les enfants sauront lire juste parce qu’ils sont 12" explique un professeur. De fait, quand la méthode est mauvaise, elle l’est à 12 comme à 20. Mais un autre article nous raconte ce que pourrait devenir un jour l’école française. Les Échos raconte comment Google a envahi les classes américaines. Il a damé le pion à Microsoft et Apple en contactant directement des professeurs obsédés d’outils numériques. De quoi fidéliser des millions de futurs clients sous couvert de préparation des élèves au monde du travail. Les savoirs, c’est autre chose : "Si l’application Classroom favorise l’esprit d’équipe et la résolution de problèmes pratiques, elle n’aide pas, loin s’en faut, à l’apprentissage des théorèmes de Thalès et de Pythagore".

Plan social

Un article du Monde raconte le désespoir d’un homme chargé par son entreprise de préparer un plan social et de dresser en secret la liste des salariés à licencier. Des gens, des familles, qu’il connaît. Il s’enferme dans le silence, tombe en dépression et finit par tout quitter pour rester humain. Il a appris par la radio la mise en liquidation.


Un pèlerinage partagé par chrétiens et musulmans dans les Côtes d’Armor, un cimetière africain décoré d’un tata, une enceinte sacrée sénégalaise, au nord de Lyon, et un château de Dordogne dont les plans ont servi de modèle à la Maison Blanche. Tels sont les secrets des villages de France présentés par le magazine Ça m’intéresse Histoire. Il y a aussi ce village de Seine-Maritime, Quillebeuf-sur-Seine, où serait enfoui le trésor des rois de France. Pour le Roi de France lui-même, on sait où il est. Aujourd’hui, il est à Versailles.