Le Front national fait trembler les régions

  • A
  • A
La revue de presse est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

La presse quotidienne revient évidemment lundi sur les résultats du premier tour des élections présidentielles.

A la Une de vos journaux il n’y a pas la moindre surprise :
La Charente Libre : le Front National fait trembler les régions.
Le journal du centre : percée historique du FN.
Le Parisien : le FN aux portes du pouvoir. 
L’Union : le FN premier parti de France.
La Provence : régionales, état d’urgence.
Var Matin : Tous contre elle.
Nord Littoral : Marine est là.


Régionales

C’est un article du site Slate.fr qui résume le mieux la situation. On y voit la Une du Figaro, photo immense de Marine Le Pen et ces mots qui se détachent en blanc : le choc. Et la Une de l’Humanité, les mêmes mots en noir cette fois : Le choc. Mais Grégor Brandi est allé chercher les Unes d’autrefois. Libération 1984 : Photo de Jean-Marie Le Pen et ce titre : Le choc. Et puis il y avait cette Une du 22 avril 2002, le visage sur fond noir et en énorme trois lettres : Non.
Cette fois, la Une de Libération nous montre une photo totalement floue mais on identifie Marine Le Pen. Et ces mots : Ça se rapproche. Mais la rhétorique semble usée. Les exclamations de Laurent Joffrin : "au feu ! sur ces élections régionales flottent désormais un drapeau brun".
Celles de Dominique Soulery dans la Dépêche du Midi parlant de six régions colorées en bleu-brun.
Celles de Bernard-Henri Levy convoqué pour l’occasion par le Parisien et qui propose un florilège : nostalgique du nazisme, factieux soft, France rance… Bref, 30 ans d’incantation.
Et comme le résume Alexis Brezet dans le Figaro, "il s’agit bien d’un soulèvement contre le pouvoir ou plutôt contre tous les pouvoirs, politiques, économiques, médiatiques, tous accusés pêle-mêle d’impuissance et, plus grave, d’indifférence aux malheurs des français".
Alors il y a ceux qui appellent solennellement aux retraits du troisième, au nom de la responsabilité, comme Jean Marcel Bouguereau dans la République des Pyrénées.
Et puis il y a ceux, comme David Guevart dans Nord Littoral qui estime que ce ne sont pas les désistements de désespoir qui changeront l’esprit des électeurs.
Dans le Monde, bouclé samedi, un article signé du sociologue Serge Guérin et du géographe Christophe Guilluy, rappelle que l’adhésion à la vie politique classique est désormais l’apanage des plus âgés et des catégories supérieures. Ils appellent à une réflexion de fond sur l’organisation des territoires pour prévenir le basculement des plus âgés. Parce que ce sont eux qui vont être plus que tout autre confrontés à la désertification des campagnes, au recul des services publics. Ils appellent surtout les élus de la France périphérique à porter le fer dans leur propre parti contre les représentants du modèle dominant pour les inciter à penser enfin une société solidaire et plus juste à laquelle tous puissent se sentir appartenir. Du concret, pas des incantations.

Médecine

Il n’y a pas de hasard. Les pages économiques du Figaro nous annoncent la restructuration en vue d’une soixantaine de petits services de chirurgie des services qui ne tournent pas assez pour assurer la sécurité des patients. Syndicats et élus freinent en général la fermeture de ces services dans des villes où l’hôpital est le premier employeur. Pour le public, l’impression reste la même : la fin de ce qui était considéré comme un âge d’or, celui de l’hôpital public à proximité.

Noël

On voit surgir un peu partout dans la presse, des articles sur les jouets qui feront le bonheur des enfants.
Mais le Parisien consacre un papier à l’initiative d’une association qui propose aux enfants de venir échanger leurs pistolets en plastique contre un autre type de jouets. Les armes seront détruites. Une façon, dit la responsable de l’association, de contre balancer l’ambiance de guerre.  D’ailleurs, même le distributeur de jouets Toys’R us a retiré de ses rayons les armes qui imitent trop efficacement les vraies pour éviter la confusion et faciliter le travail des forces de l’ordre. Mais l’article nous montre un jeune père de 32 ans regardant le bac truffé de mitraillettes et s’exclamant : "c’est dommage de jeter ça.  Moi, petit, j’avais des pistolets et je suis normal aujourd’hui. Après, je comprends le symbole. Ce qui a vraiment changé avec la nouvelle génération c’est ce qu’ils voient sur internet. Les enfants, il faut leur parler". Réduites en miettes, les armes collectées serviront à élaborer une œuvre d’art avec des écoles. Et pendant ce temps, les enfants pourront continuer à surfer sur internet ou se trucider par jeux vidéo.



Le jeu vidéo, la réalité virtuelle, ça peut servir à beaucoup de choses.
Le magazine Causette a envoyé une de ses journalistes par définition féministe et combattant les clichés hétéronormés tester la dernière invention de Marc Dorcel le pape de l’industrie pornographique. La description du casque de réalité virtuelle que l’on teste allongé sur un lit pour pouvoir regarder son tout nouveau corps de mâle dominant en proie aux assauts de deux demoiselles très entreprenantes est un grand moment. C’est bien, ces casques de réalité virtuelle. On peut s’inventer le monde tel qu’on voudrait le voir. Un peu comme un éditorial de lendemain d’élections, avec les poncifs d’usage.