L'aéronautique en pleine forme

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Nicolas Barré fait le point sur une question d'actualité économique.

C’est un secteur phare de l’industrie française et il s’est rarement aussi bien porté : l’aéronautique bat des records.

Cette industrie prévoit en effet de recruter 12.000 personnes cette année, signe d’une santé éclatante. Le problème est même de trouver des candidats. On en manque. L‘aéronautique française, dont les têtes de file s’appellent Airbus, Dassault, Safran, Thales entre autres, est victime de son succès mondial : elle est le premier contributeur au commerce extérieur français, devant les vins et spiritueux. Les exportations représentent 85% du chiffre d’affaires de la filière. Les 200.000 ouvriers, techniciens, ingénieurs, chercheurs directement employés dans ce secteur travaillent, en fait, pour le reste du monde.

Symbole de cette bonne santé: Airbus et son best-seller, l’A320.

Oui Airbus a du mal à fournir la demande d’A320, malgré des cadences de production qui ne cessent d’augmenter, à plus de 50 A320 par mois. Si vous commandez aujourd’hui un A320, il faut compter dix ans d’attente ! Airbus a un carnet de commandes de 6.000 appareils, il a du mal à fournir et ses fournisseurs encore plus. Il faut savoir qu’aujourd’hui, des dizaines d’A320 ne peuvent pas être livrés car il leur manque les réacteurs. Chez Airbus, on les appelle des "planeurs". Les clients s’impatientent, mais c’est le signe d’une industrie qui a de très beaux jours devant elle.