Israël : un chantier ferroviaire provoque une crise politique

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Derrière le buzz est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Les ultra-orthodoxes, membres de la coalition au pouvoir, ont lancé une croisade contre le travail sur un chantier ferroviaire le jour de repos sacré du judaïsme.

Un conflit politico-religieux a provoqué le chaos dans les transports en Israël, au point de faire trembler le gouvernement.

La polémique a prit des proportions délirantes sur fond de bras de fer religieux. Fallait-il autoriser, ou non, la compagnie israélienne des chemins de fer à effectuer des travaux d’entretien le samedi, jour de shabbat. Pour le ministre des Transports, c’était oui, mais pas pour les ultra-orthodoxes, membres de la coalition au pouvoir, qui ont lancé une croisade contre le travail le jour de repos sacré du judaïsme. La semaine dernière, ils ont menacé Netanyahu. Si le premier ministre n’intervenait pas sur le champ pour faire cesser ces travaux, ils quitteraient le gouvernement. Le patron du likoudd, en fureur, a dû s’exécuter.
Un chaos invraisemblable a suivi. La ligne la plus fréquentée du pays arrêtée, on a dû se rabattre sur les bus. Netanyahu a blâmé son propre ministre des Transports. qu’il soupçonne d’avoir provoqué exprès les travaux, et cette crise, pour ruiner sa réputation, et saper son pouvoir au sein du likkoud. Vous voyez l’ambiance, une bataille générale façon village gaulois qui révèle surtout la fragilité de cette coalition.

Parce que le gouvernement aurait vraiment pu éclater ?

Absolument, et c’est le drame des israélien depuis toujours. C’est une démocratie parlementaire israël qui s’appuie sur une seule chambre : la knesset, 120 députés élus à la proportionnelle quasi intégrale. Le résultat des partis microscopiques y est représenté, l’Assemblée est très instable et complètement morcelée, c’est la 20ème knesser depuis 1949. Pour gouverner, le likkoud a dû bâtir une vaste coalition, avec notamment ces deux partis ultra-orthoxes qui refusent de lâcher la question du travail. Leur rêve c’est d’imposer le repos le jour sacré du shabbat, d’interdire tout travail des transports, l’ouverture des commerces évidemment. Ils ne sont que 13 à la knessert mais comme le gouvernement dépend d’eux, s’ils sont cinq à partir le gouvernement s’effondre alors, ils s’enhardissent.