Un page : "Chevaliers, levez-vous pour le Baron Macron le Téméraire, Baron de l'Amiénois et de la Haute-Picardie !"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Commandeur News est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

À l’écoute de son discours d’hier à la Villette, Commandeur News s'est aperçu qu'Emmanuel Macron avait le même discours qu'aurait pu tenir un chevalier du Moyen-Âge.

Ce matin, Emmanuel Macron nous fait faire un bond dans l’histoire !

Julie : À l’écoute de son discours d’hier à la Villette, le candidat a utilisé un vocabulaire guerrier à plusieurs reprises : il a utilisé les mots de "combat", "d’assaillants" pour gonfler le moral de ses troupes ! Le même discours qui, du coup, aurait pu être prononcé au Moyen Âge.

Un vieux page : Levez-vous, preux chevaliers, pour le damoiseau Emmanuel Jean-Michel Frédéric Macron le Téméraire, Baron de l’Amiénois et de la Haute Picardie !

Emmanuel Macron : Je vous ai dit que je ne voulais plus de Poney, c’est trop haut !

Emmanuel Macron : À genoux devant vos épées, s’il vous plaît. Frères d’armes, dimanche, jour de Jésus, sera la mère des batailles, celui où nous bouterons la gironde Marine de St-Cloud-Bretagne hors de la Navarre, elle et sa cohorte de gueux de sang françois, sa nièce Marion l’empoisonneuse au regard strabique et aux dagues cachées dans les poches de sa cape, Collard son bâtonnier maléfique à la mèche grise de Régécolor, et Philippot son valet simplet frappé de la logorrhée, la maladie de la parole… On me raconte que son géniteur, le vieux Jean-Marie surnommé "Papy n’a qu’un œil" par les marchands de potimarrons erre dans St-Cloud en balbutiant jérémiades homophobes et révisionnistes. Je suis allé voir l’oracle pour qu’il récidive avant dimanche, cela pourrait faire du tort à sa fillotte Marine la replète, mais rien n’est moins sûr. Et pour battre ces illuminati, je peux m’appuyer sur un quarteron solide : toi, François le Béarnais, toi l’ancien bègue, qui a mis tant d’années pour finir une phrase, et qui est toujours aussi chiant même à vitesse normale, toi Dany le Teuton, qui donne ton avis sur tout même en dormant, toi Ségolène la Poitevine, qui m’a appris à séparer les pelures de patate des os de poulet dans les immondices, et enfin toi Delanoé, mon petit Poulbot parisien qui nous chante du Dalida mieux que personne les soirs de victoire !
Et enfin toi ma Brigitte, ma bougie, ma lumière, mon incandescence, mon vitrail. Toi qui a su calmer la bête de somme fougueuse et indomptable que j’étais avant de te rencontrer. Mes amis, nous avons soumis Jean-Luc l’insoumis, fais sourciller François le sourcilleux, dimanche faisons couler la Marine !