Trichet : "un besoin de réformes très important en France"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L’ancien président de la BCE a déploré jeudi sur Europe 1 que la France "n’exploite pas son potentiel comme elle le devrait". 

Selon le FMI, la France est passé du 6e au 9e rang des pays les plus riches du monde. Jean-Claude Trichet, l’ancien président de la Banque centrale européenne, a voulu replacer les problèmes français dans un contexte plus global. "Les pays avancés ont des problèmes important et la France les partage. Deuxièmement, l’Europe a toujours des problèmes importants, et la France les partage", a-t-il affirmé. "Clairement, Il y a un besoin en France de réformes très importants dans beaucoup de domaines. Le problème de la France, c’est qu’elle a un potentiel formidable, mais elle n’exploite pas ce potentiel comme elle le devrait. "

"La France est 5e ex-aequo ou 6". Pour autant, Jean-Claude Trichet a réfuté le classement donné par le FMI. "La France est 5e ex aequo ou 6e. Ça dépend de la Grande-Bretagne, qui elle effectivement en ce moment croît plus vite que nous", a-t-il expliqué. "Mais le passage de 5 ou 6 à 9, c’est le fait que de nouveaux pays entrent dans la liste et bien entendu, ce sont les pays émergents qui avancent à marche forcée et bousculent tous les pays avancés, pas seulement la France."

"Un ralentissement de la réforme mondiale". Pour réclamer des réformes, Jean-Claude Trichet s'appuie sur les déclarations pessimistes du FM%I sur la croissance mondiale. "Au total, on a un ralentissement de la croissance mondiale et le FMI souligne que les risques qui existent partout, qui sont liés à la géopolitique, qui sont financiers, qui sont liés à la localisation dans les pays émergents de vulnérabilités considérables, tout cela doit être pris en compte", a jugé l'ancien président de la BCE. "C’est la raison pour laquelle le message principal c’est : réforme de fond dans tous les pays. Notre pays est un exemple parmi d’autres. Mais un très bon exemple."