Taxis : les VTC ne sont pas "les seuls responsables"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Thierry Guichard, le porte-parole du collectif des Taxis de France, a évoqué la situation économique "intenable" de sa profession.

INTERVIEW

"La situation aujourd’hui pour tous les chauffeurs de taxi, quel que soit leur statut, est intenable dans la mesure où nous nous sommes fait siphonner notre clientèle." Vingt-quatre heures avant une nouvelle grève des taxis mardi, Thierry Guichard, porte-parole du collectif des Taxis de France, s’est insurgé à propos des changements que connaît sa profession, lundi dans la Matinale d’Europe 1. Des milliers de chauffeurs de taxi sont appelés à se mobiliser à partir de mardi dans toute la France pour protester contre les "dérives" du secteur des voitures de transport avec chauffeur (VTC), sur fond de "désespoir" suscité par une baisse des recettes. 

Véhicules "hors-la-loi" "A plusieurs reprises, nous avons tenté d’alerter le gouvernement et les pouvoirs publics de la situation intenable que nous vivons. A plusieurs reprises, il a fait des promesses et seulement fait des promesses". "Ce serait trop simple de désigner les VTC comme seuls responsables. Le responsable, c’est l’Etat, qui est en charge de veiller au bon respect de la réglementation", lâche-t-il. Thierry Guichard, qui évoque "des clandestins en pagaille", "des pseudo-statuts de VTC détournés", raconte avoir fait un test à Paris : sur les dix véhicules commandés "auprès d’une grande société d’intermédiation", "près de sept étaient hors-la-loi". 

Ce n'est pas la première fois que les chauffeurs de taxis mettent en cause des pratiques illicites sur le terrain des VTC - géolocalisation avant la réservation, occupation de la voie publique, racolage et utilisation détournée des véhicules LOTI (transport collectif de deux à dix personnes). "On mesure une baisse d'activité de 20% sur les plateformes de réservation et de 30% dans la rue", a assuré le directeur général des Taxis Bleus, Yann Ricordel.