Tati : les salariés demandent "l'aide" du gouvernement

  • A
  • A
Tati : les salariés demandent "l'aide" du gouvernement
À Lyon aussi, les salariés de Tati se sont mobilisés.@ JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :

Une centaine de salariés de Tati ont demandé lundi au ministère du Travail de se saisir du dossier de leur groupe, placé en redressement judiciaire.

Plus d'une centaine de salariés de Tati et des autres enseignes d'Agora Distribution (groupe Eram), placé en redressement judiciaire, sont venus demander lundi à Paris au gouvernement de s'impliquer dans ce dossier qui concerne plus de 1.700 salariés. Le ministère du Travail, où une délégation de l'intersyndicale CGT-CFDT-Unsa a été reçue en présence de la nouvelle ministre Muriel Pénicaud, s'est "engagé à (leur) apporter toute l'aide du gouvernement" et "à contacter la direction du groupe Eram", a indiqué à la sortie Mounir Bourhaba, l'avocat du comité d'entreprise d'une des trois sociétés d'Agora Distribution. 

"Eram, prends tes responsabilités". Les manifestants étaient venus de différents magasins de région parisienne pour se rassembler à proximité du ministère du Travail. Un rassemblement de quelques dizaines de personnes s'est aussi tenu devant le magasin Tati de Lyon. "Eram, prends tes responsabilités", proclamait une pancarte. Les syndicats demandent que le groupe participe au plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), qui concernera les salariés exclus des offres de reprise présentées, et qu'il s'engage sur des reclassements.



Une "antenne dédiée" à Pôle emploi. Selon plusieurs membres de la délégation reçue, le ministère devrait prendre contact dès lundi après-midi avec le groupe Eram, mais aussi avec les repreneurs potentiels. Le ministère, qui est "conscient de la particularité du salariat" chez Tati, avec des employés qui y ont fait toute leur carrière et beaucoup de femmes, a aussi proposé la mise en place à Pôle Emploi d'une "antenne dédiée au reclassement", a précisé Céline Carlen (CGT). Les deux principales offres, celle de Gifi et du consortium associant La Foir'Fouille, Centrakor, Stokomani et Maxi Bazar, portent respectivement sur "1.300 emplois directs" et sur environ 1.150 salariés.