Renault, des embauches en trompe-l'œil

  • A
  • A
Renault, des embauches en trompe-l'œil
@ AFP
Partagez sur :

Le constructeur automobile a annoncé la signature de 48 CDI au Mans. Pourtant les effectifs de la marque ont constamment chuté ces dernières années. 

Renault met-il vraiment l'accélérateur sur l'emploi ? Le constructeur automobile a annoncé mardi avoir embauché 48 personnes en CDI d'ici la fin de l'année, sur le site du Mans. "Ces 48 embauches au Mans sont le symbole d'une sortie de crise mondiale qui a touché le marché européen de l'automobile", s'est réjoui Maximilien Fleury, le directeur des ressources humaines de Renault Le Mans, interrogé par Ouest France. Mais cette annonce ne saurait masquer la réalité chiffrée : depuis 2011, les effectifs de la marque au Losange ont constamment baissé. Europe 1 vous détaille la chute du nombre d'employés chez Renault.

L'embellie après l'éclipse. La nouvelle avait réjoui l'industrie automobile. Renault avait annoncé en février dernier vouloir embaucher 1.000 personnes en CDI en 2015. Depuis 2013, après des années de crise, la marque au Losange va mieux. Ainsi, le constructeur a vu ses ventes de voitures neuves en Europe bondir de 9,6% au mois d'août dernier.

Avant cette embellie, Renault s'était de toute manière déjà engagé à recruter pour convaincre les syndicats de faire des concessions sur le temps de travail et les salaires. Le constructeur a tenu sa promesse, après avoir procédé à une politique douloureuse de réduction d'effectifs. En effet, Renault avait signé un accord en 2013 qui prévoyait 7.500 départs non remplacés jusqu'en 2016, un plan accompagné de 1.000 embauches. Le solde des effectifs est donc largement négatif.

Une baisse constante depuis 2011. Depuis 2011, Renault a perdu plus de 4.000 employés. De 36.864 en 2011, l'effectif total est ainsi passé à 31.887 en 2014, soit une baisse d'environ 14% selon les chiffres fournis par le "bilan social" de la firme. La dernière évolution positive en termes d'emploi remonte à 2010-2011, quand le nombre d'employés avait très légèrement progressé de 36.227 (2010) à 36.834 (2011).

Le nombre de CDI diminue plus vite que les CDD. En étudiant la structure détaillée des effectifs, on observe que les CDI ont diminué plus rapidement que les CDD. Ainsi en 2013, les CDI ont diminué de 5,4%, contre une 2,8 pour les CDD. Même constat en 2014, avec un écart encore plus important : une baisse de 5,8% du nombre total de CDI, contre un repli de 1,1% pour les CDD. Les contrats précaires sont donc moins touchés par la diminution des effectifs chez Renault.