Macron : la fusion de Renault-Nissan "n'a pas à être à l'ordre du jour"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, invité spécial d'Europe 1, a affirmé mardi que la fusion du français Renault et du japonais Nissan. 

Interrogé par Axel de Tarlé lors de la matinale spéciale d'Europe 1, mardi, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a expliqué que la fusion de Renault et Nissan n'était pas "à l'ordre du jour". 

"Un jeu de participation croisée". "C'est un jeu de participation croisée, c'est surtout une intégration industrielle", a affirmé Emmanuel Macron à propos de Renault-Nissan. "Je suis pour deux choses", a poursuivi le ministre de l'Economie : "la préservation de l'alliance Renault-Nissan dans ses équilibres tels que signés en 2002 et l'intégration opérationnelle des deux groupes". 

La fusion ? "Elle n'a pas à être à l'ordre du jour". Emmanuel Macron a ensuite affirmé que la fusion des deux groupes automobiles "n'avait pas à être à l'ordre du jour". Pour le ministre de l'Economie, c'est ce travail de rapprochement "conduit depuis des années" qu'il faut poursuivre. 

Repasser sous les 15%. Emmanuel Macron a, par ailleurs, expliqué que l'Etat repasserait sous la barre sous "des 15% dans Renault dès que les intérêts des contribuables seront préservés". 


Travail dominical, Renault-Nissan : Emmanuel...par Europe1fr