Loi Travail : le Medef veut profiter du 49-3 pour modifier le texte

  • A
  • A
Loi Travail : le Medef veut profiter du 49-3 pour modifier le texte
@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

Le patron du Medef Pierre Gattaz a appelé mardi le gouvernement à profiter du recours au 49-3 pour "réintroduire" des mesures en faveur des PME. Sans oublier une baisse de l'impôt sur les sociétés.

Le gouvernement envisage de plus en plus sérieusement d'utiliser l'article 49-3 mardi pour faire passer la loi Travail sans vote, un passage en force qui a donné des idées au Medef. Son président Pierre Gattaz a en effet estimé que c'est l'occasion idéale pour "réintroduire" dans le texte des mesures en faveur des PME.

"Réintroduire deux ou trois mesures". "Je pense qu'il faut aller assez vite pour fermer la parenthèse de la 'loi travail'", a déclaré lors d'un point presse Pierre Gattaz, très critique vis-à-vis de ce texte, de retour ce mardi à l'Assemblée nationale. "Je pense qu'il faut surtout réintroduire deux ou trois mesures pour les TPE-PME avant qu'il ne soit trop tard", a ajouté le patron des patrons, estimant que le texte, sans cela, passerait "à côté de ses ambitions".

"J'adorerais qu'on introduise dans le cadre du 49-3 le plafonnement des prud'hommes" mais aussi "des mesures directes que les employeurs pourraient négocier directement avec les salariés", a notamment souligné le responsable du Medef. "C'était dans la version initiale" du texte, mais "ça ne l'est plus aujourd'hui, malheureusement", a ajouté le patron des patrons, estimant que le texte, au stade actuel, était "une énorme déception".

Et abaisser l'impôt sur les sociétés. Le patron du Medef a également évoqué le Brexit et s'est attardé sur une annonce du ministre britannique des Finances : la possibilité de ramener l'impôt sur les sociétés (IS) à moins de 15% pour préserver l'attractivité du Royaume-Uni. Sans aller jusqu'à réclamer le passage à 15%, Pierre Gattaz a estimé que "l'idéal, c'est la moyenne européenne". "Je pense qu'il faudrait" un taux d'IS situé "entre 20 et 25%", a-t-il précisé, appelant à "éviter les excès dans un sens ou dans un autre".