Le prêt à taux zéro se réforme pour bénéficier à plus de monde

  • A
  • A
Le prêt à taux zéro se réforme pour bénéficier à plus de monde
@ PASCAL GUYOT / AFP
Partagez sur :

IMMOBILIER - La ministre du logement dévoile lundi une nouvelle version du PTZ. Objectif : le rendre accessible à plus de monde mais aussi relancer la construction.

Ceux qui souhaitent devenir propriétaire vont tendre l’oreille. La ministre du Logement Sylvia Pinel précise lundi les contours du nouveau prêt à taux zéro (PTZ). Ce dispositif va devenir accessible à un plus grand nombre. Et notamment aux primo-accédants qui ont de plus en plus de mal à entrer dans le marché de l’immobilier.

Le PTZ, un coup de pouce non négligeable. Le PTZ permet, comme son nom l’indique, d’emprunter de l’argent sans payer d’intérêts afin de financer l’achat d’un logement principal. Ce PTZ complète alors le prêt bancaire classique et permet de réduire la facture pour ceux qui achètent leur premier logement. Ces dix dernières années, deux millions de ménages sont devenus propriétaires grâce au PTZ, mais ce soutien de l’Etat est très encadré et bénéficie à de moins en moins de monde.

Le gouvernement a donc décidé de revoir cet outil, notamment afin de le rendre plus accessible aux primo-accédants : ceux qui achètent pour la première fois ont de plus en plus de mal à devenir propriétaire à cause cause des prix très élevés de l'immobilier.

Ce qui va changer en 2016. Première évolution notable, le montant prêté à taux zéro pourra être bien plus élevé : il pourra représenter jusqu’à 40% du coût d’achat d’un logement neuf, contre 20% maximum auparavant.

Deuxième changement, afin de rendre plus de personnes éligibles : les plafonds de revenus vont être relevés. Ainsi, un couple avec deux enfants résidant à Caen a le droit au PTZ aujourd'hui s’il gagne moins de 52.000 euros par an. A partir du 1er janvier, cette barre passera à 60.000 euros afin que davantage de ménages des classes moyennes en bénéficient.

Enfin, le type de logement éligible va évoluer. Actuellement, un logement ancien ne peut bénéficier du PTZ que dans 6.000 communes répertoriées. A partir du 1er janvier, les logements anciens de toute la France pourront en bénéficier. Il y aura cependant des conditions : il faut que ce soit un logement à réhabiliter et que le prix des travaux représente 25% du coût de l'opération.

Bénéfique pour les primo-accédant et le bâtiment. Le PTZ réformé sera donc plus généreux et accessible à un plus grand nombre. Entre 60.000 et 70.000 PTZ devraient être distribués cette année, contre quelque 48.000 en 2014, selon le ministère du Logement. Mais il n’y a pas que les candidats à la propriété immobilière qui vont en bénéficier : cette réforme était attendue par les professionnels du bâtiment pour relancer le marché. Éprouvés par la crise, l'artisanat du bâtiment a, par exemple, vu son activité reculer de 2,5% au troisième trimestre.

"C'est ce que nous demandions depuis des années, nous avons été entendus, nous sommes satisfaits", a réagi Patrick Liébus le président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb). "C'est encourageant, cela va redonner de l'espoir à des Français qui sont un peu justes en termes de budget, qui souhaitent acheter, mais n'arrivent pas à obtenir un crédit bancaire, malgré les taux bas", estime de son côté Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).