L'Assemblée rétablit la durée de validité des chèques à un an

  • A
  • A
L'Assemblée rétablit la durée de validité des chèques à un an
Ce moyen de paiement reste l'apanage de personnes qui n'ont pas accès aux moyens de paiement numériques", a expliqué le député Jean-Luc Laurent. Image d'illustration.@ MYCHELE DANIAU / AFP
Partagez sur :

Le projet de loi Sapin II, pour encourager l'utilisation de moyens de paiement alternatifs, prévoyait de réduire cette validité à six mois.

Les députés ont rétabli mercredi soir, contre l'avis du gouvernement, la durée de validité d'un chèque à 12 mois alors que le projet de loi Sapin II, discuté en nouvelle lecture, prévoyait de la réduire à six mois à partir de juillet 2017.

Une utilisation "encore massive". Les députés ont adopté un amendement du Mouvement républicain et citoyen (MRC) Jean-Luc Laurent qui vise à garantir un délai de validité de 12 mois pour les chèques et commande au gouvernement un rapport sur "l'avenir de la monnaie fiduciaire". "La dématérialisation des moyens de paiement est un sujet fondamental et sérieux qui ne peut faire l'objet de mesurettes camouflées dans des projets de loi successifs", a dénoncé Jean-Luc Laurent.  "L'utilisation du chèque reste aujourd'hui encore massive. "Ce moyen de paiement reste l'apanage de personnes qui n'ont pas accès aux moyens de paiement numériques ou qui nourrissent une certaine suspicion à leur égard", a-t-il plaidé.

Jean-Luc Laurent a reçu le soutien de députés de tous les bancs qui ont jugé, comme le communiste André Chassaigne, que cette réduction à six mois "bousculerait certaines habitudes" chez les personnes âgées ou, comme l'écologiste Brigitte Allain que cela compliquerait la vie des propriétaires de chambres d'hôtes qui reçoivent des chèques de réservation.

Sapin pour des moyens de paiement alternatifs. Par cette réduction à six mois, le ministère des Finances voulait encourager "l'utilisation de moyens de paiement alternatifs aux chèques, rapides, sécurisés et accessibles (cartes, virements, prélèvements) et diminuer l'incertitude liée au délai d'encaissement du chèque", selon l'explication donnée dans le projet de loi.