Croissance mondiale : l'OCDE table sur une "modeste" reprise sous l'effet de la relance budgétaire

  • A
  • A
Croissance mondiale : l'OCDE table sur une "modeste" reprise sous l'effet de la relance budgétaire
L'OCDE n'est pas très optimiste sur les perspectives de croissance mondiale.@ ALAIN JOCARD / POOL / AFP
Partagez sur :

L'OCDE abaisse ses prévisions pour la France à 1,2% en 2016 et 1,3% en 2017. Les pays émergents commencent, eux, à éprouver des difficultés.

L'OCDE s'attend à ce que la croissance mondiale connaisse un "modeste" rebond à partir de 2018 grâce aux plans de relance budgétaire comme celui promis par Donald Trump aux États-Unis, mais adresse aussi un avertissement sur les dangers du protectionnisme. L'OCDE a maintenu lundi sans changement sa prévision de croissance mondiale pour 2016 à 2,9% et relevé très légèrement celle de 2017 de 0,1% à 3,3%, une "croissance molle" qu'elle appelle à combattre depuis le début de l'année en relançant la dépense budgétaire.

Rebond modeste. L'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), basée à Paris, perçoit toutefois des signaux positifs qui pourraient commencer à avoir des effets sur l'activité mondiale à partir de 2018, avec un rebond "modeste" de la croissance qui atteindrait 3,6% sous l'effet des plans de relance adoptés par des pays comme le Japon et promis par le président élu américain Donald Trump. "Les initiatives budgétaires pourraient catalyser l'activité économique privée et ainsi donner une impulsion à l'économie mondiale pour qu'elle atteigne des taux de croissance modestement plus élevés d'ici 2018", a affirmé la chef économiste de l'OCDE, Catherine Mann.

Le danger du protectionnisme. Ce rebond serait soutenu essentiellement par les Etats-Unis, la première économie mondiale qui retrouverait en 2018 un taux de croissance vigoureux de 3%, le double de cette année (1,5%) et plus encore que le 2,3% attendu pour 2017. Donald Trump a promis de mener un grand plan d'investissement aux États-Unis d'environ 550 milliards de dollars pour rénover les infrastructures, une ambition perçue positivement par le FMI et l'OCDE qui voient dans ce plan d'investissements massifs un levier pour relancer la croissance mondiale. En revanche, ses promesses protectionnistes ont moins la cote. "Le protectionnisme et les inévitables représailles commerciales qui s'ensuivront pourrait fortement atténuer les effets des initiatives budgétaires", a prévenu Catherine Mann, sans citer pour autant le nom du président élu.

1,2% en France en 2016. En revanche, l'OCDE ne table pas pour l'instant sur de grands bouleversements en Europe, où la dépense budgétaire est verrouillée à 3% du déficit par le pacte de stabilité. L'Allemagne, principale économie de la zone euro, devrait stagner à 1,7% de 2016 à 2018. L'OCDE abaisse même sa prévision de croissance pour la France cette année à 1,2% (-0,1%), en-dessous du 1,4% prévu par le gouvernement. Elle s'élèverait à 1,3% en 2017 et 1,6% en 2018. Quant aux Royaume-Uni, l'OCDE maintient son pessimisme après le référendum sur le Brexit. Si elle revoit légèrement à la hausse sa prévision pour cette année à 2% (+0,2%), elle s'attend à un coup de frein l'année prochaine avec une croissance qui devrait chuter à 1,2% et ralentir encore en 2018 à 1%.

Ralentissement en Chine et au Brésil. L'organisation s'attend aussi à la poursuite du ralentissement de la croissance chinoise, qui devrait atteindre 6,7% cette année, soit 0,2% de plus que prévu, mais descendre à 6,4% l'an prochain et 6,1% en 2018. Tendance inverse pour l'Inde : l'OCDE s'attend à ce que ce pays maintienne sa forte croissance, qui passerait de 7,4% en 2016, à 7,6% l'an prochain et 7,7% en 2018. Quant au Brésil, qui connaît une forte récession de 3,4% cette année, il devrait sortir la tête hors de l'eau en 2017 (0%), pour renouer avec la croissance en 2018 à 1,2%.