Compte pénibilité : les branches professionnelles ne jouent pas le jeu, déplore El Khomri

  • A
  • A
Compte pénibilité : les branches professionnelles ne jouent pas le jeu, déplore El Khomri
Pour aider les entreprises, les branches professionnelles étaient chargées d'élaborer des modes d'emploi du compte pénibilité. Image d'illustration @ AFP
Partagez sur :

Les branches professionnelles rechignent à publier leurs modes d'emploi, tablant, selon Myriam El Khomri, sur une alternance après la présidentielle de mai 2017.

Le compte à rebours est lancé. Postures pénibles, manutention manuelle de charges lourdes, agents chimiques... Dès janvier, les entreprises devront prendre en compte six nouveaux facteurs de pénibilité pour les salariés. Mais comment, concrètement, comptabiliser ces facteurs de pénibilité ? Pour aider les entreprises, les branches professionnelles étaient chargées d'élaborer des modes d'emploi. Mais à l'approche de la présidentielle, certaines traînent des pieds, selon la ministre du Travail Myriam El Khomri, qui met donc la pression sur les organisations patronales et les appelle à prendre leurs responsabilités.

La droite veut abroger le compte pénibilité. L'élection présidentielle approchant, quatorze branches professionnelles ne jouent pas le jeu, selon Myriam El Khomri. Certaines branches ont des modes d'emploi prêts pour leurs entreprises, dit-elle, mais elles ne les publient pas, espérant une alternance en mai prochain. Pour rappel, la plupart des candidats à la primaire de droite se sont en effet déjà engagés à abroger ce compte pénibilité. Pour l'instant, le ministère du Travail ne veut pas donner les noms des ces mauvais élèves. Dans un premier temps, ces branches professionnelles vont être convoquées. Si rien ne se passe, leurs noms seront publiés. 

"Ce compte pénibilité c'est une usine à gaz".  Du côté du bâtiment, la FFB (Fédération Française du Bâtiment) reconnait que ça traîne. "On planche dessus depuis plus d'un an, mais on n'y arrive pas. Ce compte pénibilité c'est une usine à gaz", confie à Europe 1 l'une des personnes en charge du dossier. Mêmes difficultés rencontrées dans les travaux publics, où la FNTB (Fédération Nationale des Travaux Publics) s'est bornée à éditer un guide, tout comme l'UIMM (Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie) et le transport routier. Un premier pas, mais ce n'est pas encore un prêt à l'emploi pour les chefs d'entreprise. 

Mode d'emploi ou pas, les entreprises devront déclarer en janvier les salariés exposés aux six nouveaux facteurs de pénibilité. Seule souplesse accordée : elles auront jusqu'en septembre prochain pour rectifier leurs déclarations.