Cinq conseils pour emprunter plus facilement après 50 ans

  • A
  • A
Partagez sur :

Sur Europe 1, Cécile Roquelaure, directrice de la communication d'Empruntis.com a livré ses conseils pour réussir à emprunter après 50 ans.

Emprunter n’est pas toujours chose facile. Mais l’épreuve peut s’avérer encore plus difficile pour les quinquagénaires. A l’approche de la retraite, l’emprunt est pourtant toujours possible. Invitée du Grand direct de l'actu mardi, Cécile Roquelaure, directrice de la communication et des études d'Empruntis.com, a livré quelques conseils pour y parvenir : 

  • Rassurer son banquier. Etre quinquagénaire implique un passage prochain à la retraite, soit une baisse des revenus. Dès lors, il est essentiel de présenter à votre banquier des simulations des revenus que vous percevrez à la retraite. L’idée est de jouer sur les mensualités du crédit grâce au prêt à paliers : des échéances plus importantes avant le passage à la retraite et plus faibles après.

  • Prospecter. Il ne faut pas hésiter à faire le tour des banques. A chacune ses tarifs, ses taux, ses conditions.  

  • Penser à l’assurance emprunteur. C’est la seule qui couvre la santé de l’emprunteur et sa famille en cas de problèmes de santé ou de décès. Néanmoins, ces assurances deviennent inaccessibles à 60-65 ans pour les assurances des banques, et beaucoup plus tard pour les assurances individuelles. Plus votre âge est élevé, plus votre assurance et votre crédit seront chers.

  • Apporter des garanties. Valoriser son patrimoine, mettre en avant son épargne est essentiel. Plus vos garanties seront solides, plus vous valoriserez vos chances de décrocher un crédit.

  •  Réussir ses examens médicaux. Des questionnaires sur l’état de santé de l’emprunteur sont inévitables. Les assurances individuelles demandent même des examens complémentaires. Et plus les problèmes de santé sont nombreux et/ou importants, plus le prix des assurances seront élevés. C’est un véritable frein à l’emprunt. De nombreux dispositifs existent toutefois pour couvrir les personnes ayant de grandes difficultés de santé, tel l’AERAS. 

>> Retrouvez l'intégralité de l’interview de Cécile Roquelaure ici : 


Emprunter après 50 ans : c’est compliqué mais c...par Europe1fr