Alstom-Bombardier décroche le méga-contrat du RER

  • A
  • A
Alstom-Bombardier décroche le méga-contrat du RER
Le consortium est en passe de remporter le méga contrat à 3,7 milliards d'euros.@ @ PIERRE ANDRIEU / AFP
Partagez sur :

Le consortium a officiellement remporté ce contrat d'une valeur de plus d'un milliard d'euros mercredi. 

C'est fait. Après de longues semaines d'attente, Alstom-Bombardier a sans surprise remporté le méga-contrat du RER nouvelle génération, d'une valeur de 1,15 milliard d'euros pour sa seule première tranche. Ce chantier, l'un des plus importants dans l'histoire ferroviaire européenne, pourrait coûter jusqu'à 3,75 milliards d'euros dans sa totalité.

1,15 milliard d'euros. "La part du consortium Alstom-Bombardier de cette première tranche s'élève à 1,15 milliard d'euros (environ 70% Alstom-30% Bombardier)", le reste correspondant aux frais des études de conception, d'industrialisation, de suivi de projet et d'homologation, annoncent dans un communiqué le Stif (Syndicat des transports en Ile-de-France), qui avait passé l'appel d'offres et finance les trains, et la SNCF, chargée de mener cet appel d'offres.

L'Espagnol CAF écarté. Le consortium franco-canadien était quasiment assuré de remporter le contrat, après la mise hors jeu de son unique rival, l'espagnol CAF, fin octobre. A l'origine, CAF était en lice, aux côtés du groupement Alstom-Bombardier, pour remporter ce contrat évalué à 3,7 milliards d'euros (l'équivalent du prix de 130 TGV), l'un des plus importants de l'histoire du rail en France. Mais la SNCF avait écarté cette candidature.

Un chantier exceptionnel. Le chantier porte sur la fourniture de 271 trains, qui seront mis en service à partir de 2022. Bombardier a de son côté précisé être en train de préparer son offre définitive, dans le cadre du consortium qu'il a formé avec Alstom. "On nous a demandé de la remettre pour le 7 novembre", a précisé une porte-parole du constructeur canadien. Le résultat de l'appel d'offres est attendu début 2017. Les RER NG sont destinés dans un premier temps à la ligne du RER E, le projet Eole, qui doit être prolongé vers l'ouest en 2022, puis au remplacement des trains du RER D.