AirAsia, un mastodonte du low-cost

  • A
  • A
AirAsia, un mastodonte du low-cost
@ AFP
Partagez sur :

CATASTROPHE AÉRIENNE - La compagnie malaisienne, dont l'un des avions a disparu dans la nuit de dimanche à samedi, est un mastodonte du transport aérien en Asie.

Après Malaysia Airlines, qui a perdu deux avions cette année, une autre compagnie malaisienne est touchée par une catastrophe aérienne. Il s'agit cette fois d'AirAsia, un poids lourd du low-cost. Un des appareils de ce mastodonte du secteur a en effet disparu dans la nuit de samedi à dimanche, alors qu'il faisait la liaison entre l'Indonésie et Singapour, avec 162 personnes à bord. C'est le premier accident grave enregistré par AirAsia, présente dans toute l'Asie.

>> LIRE AUSSI - Ce que l'on sait de la disparition du vol d'AirAsia

Des débuts chaotiques... Créée en 1994, la compagnie était moribonde jusqu'en 2001. Cette année là, l'homme d'affaires malaisien Tony Fernandes rachète les dettes d'AirAsia, 11 milliards de dollars, à un conglomérat public. A cette époque, la flotte n'est alors composée que de deux avions vieillissants. Mais, sous l'impulsion de son charismatique patron, et malgré le marasme du secteur de l'aéronautique après les attentats du 11-Septembre, la petite compagnie va connaître une ascension fulgurante.

...avant d'être leader en Asie. Un an après son rachat, AirAsia est rentable, et en 2003 la dette est remboursée. La compagnie réussit pleinement son pari de développer le transport aérien à bas coût en Asie. Elle crée alors des filiales sur tout le continent, et en compte désormais huit. Aujourd'hui, AirAsia est leader sur le secteur du low-cost en Asie et dessert environ 120 destinations, de l'Inde à la Chine en passant par l'Australie. Et son patron, Tony Fernandes, est multimilliardaire et propriétaire du club anglais des Queens Park Rangers, qui évolue en Premier League.

Tony Fernandes, le patron d'AirAsia.

© AFP

Un gros client d'Airbus. Et l'histoire entre l'Europe et AirAsia ne s'arrête pas au sport. En effet, la compagnie malaisienne est l'un des tout premiers clients d'Airbus. AirAsia ne travaille qu'avec l'avionneur européen, à qui elle a passé commande de 475 appareils (Air France, en comparaison, en comptabilise 350), et en a déjà reçu 157. La filiale long-courrier de la compagnie, AirAsia X, a également confirmé une commande de 55 A330, pour une valeur catalogue de 15 milliards d'euros.

Le titre de meilleure compagnie low-cost au monde. Les chiffres de la compagnie donnent le vertige. Mais AirAsia est également réputée pour la qualité de son service. Elle truste depuis 2009 le titre de meilleur compagnie low-cost du monde, décerné par le cabinet spécialisé londonien Skytrax. AirAsia devance à chaque fois les filiales de Virgin, détenues par Richard Branson, l'excentrique milliardaire américain à qui Tony Fernandes est souvent comparé.

Les reins assez solides pour résister à l'accident. Si la disparition d'un de ses appareils est un coup dur pour la compagnie, AirAsia semble aujourd'hui assez solide pour résister à cette catastrophe. En effet, le trafic aérien a triplé en dix ans en Asie, et pèse aujourd'hui 25% des vols régionaux. A titre de comparaison, le low-cost représente 35% en Europe. La marge de progression est encore conséquente pour AirAsia, qui espère même ouvrir une ligne à Paris, via une filiale spécialisée dans le low-cost sur longue distance.

AirAsia, c'est quoi ?



Air Asia, c’est quoi ?par Europe1fr