Réalisateur mort avant la fin d'un film : une absence à combler

  • A
  • A
Réalisateur mort avant la fin d'un film : une absence à combler
Michel Blanc et Romain Duris dans le film "Un petit boulot" de Pascal Chaumeil@ Nicolas Schul / 2015 Gaumont - Scope Pictures
Partagez sur :

"Un petit boulot" de Pascal Chaumeil sort en salles mercredi. Le réalisateur était mort un an plus tôt, juste après avoir terminé son film, comme d'autres avant lui.

Pascal Chaumeil n'aura pas la chance de découvrir l’accueil du public pour son dernier long-métrage. L'auteur de L'arnacœur ou encore d'Un plan parfait est mort le 27 août 2015, juste après avoir terminé la post-production de son dernier long-métrage, Un petit boulot. "Indirectement, je suis son porte-parole", indiquait l'acteur Michel Blanc au JDD le 28 août, lui qui joue dans le film.

Assurer la promotion ou prendre en charge un film car son réalisateur est décédé n'est pas un cas si rare dans l'histoire du cinéma. D'autres réalisateurs, très connus, sont morts avant que leur dernier film ne sorte en salles, voire même avant de l'avoir terminé.

L'assistant devient réalisateur. En novembre 1947, le réalisateur Ernst Lubitsch décède d'une crise cardiaque en plein tournage de La Dame au manteau d'hermine. C'est alors Otto Preminger qui reprend le tournage du film et le termine. Les deux hommes sont alors crédités comme "co-réalisateur".

Plus proche de nous, Claude Berri est décédé en 2009, pendant le tournage de Trésor. C'est alors François Dupeyron, qui l'assiste depuis le début des prises de vues en raison de l'état de santé de Claude Berri, qui poursuit le tournage pour l’amener à son terme. Lors du décès de Jean Girault en 1982, c'est aussi son assistant, Rony Aboyantz, qui finalise le tournage.

Dans ces trois cas, les réalisateurs avaient apporté leur confiance de leur vivant aux trois hommes. Plus que des porte-paroles, ils font figure de représentants. Mais lorsque ce n'est pas le cas et même si un film est achevé, des imbroglios autour d'une oeuvre peuvent se créer.

Les débats autour d'Eyes Wide Shut. Un des cas le plus emblématiques est sans doute celui du décès de Stanley Kubrick. Légende du cinéma, le réalisateur décède en septembre 1999, cinq jours après avoir remis un premier montage d'Eyes Wide Shut aux producteurs de la Warner et aux deux acteurs principaux du long-métrage : Tom Cruise et Nicole Kidman.

Mais la mort de l'acteur va provoquer une petite polémique autour du film. D'un côté, Jan Harlan, le beau-frère de Stanley Kubrick et producteur exécutif du film assure que le réalisateur était très fier du film. De l'autre, l'acteur R. Lee Ermey, proche du réalisateur jusqu'à sa mort, indique que Kubrick lui avait confié qu'Eyes Wide Shut était "a piece of shit" et ce, deux semaines seulement avant sa mort.

C'est alors parole contre parole et seul le réalisateur, qui n'est plus, possède la vérité sur sa production.