Pierre Lemaitre ému du triomphe "d'Au revoir là-haut" aux César 2018 : "Ça, je ne l'avais pas prévu"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Albert Dupontel a été récompensé vendredi soir par le César de la meilleure réalisation pour "Au revoir là-haut", adaptation du roman de Pierre Lemaitre. Au micro d'Europe 1, l'écrivain s'est dit très "heureux".

120 battements par minute a triomphé lors de la 43é cérémonie des Césars  qui s'est déroulée vendredi soir à Paris. Le film de de Robin Campillo est reparti avec six César. Au revoir là-haut, adaptation du Goncourt à succès de Pierre Lemaitre sur les aventures de deux poilus pendant et après la Première Guerre mondiale, a également été récompensé par cinq trophées dont celui de meilleur réalisateur pour Albert Dupontel.

L'acteur et cinéaste n'est pas venu chercher son prix à la cérémonie et a fait savoir qu'il n'est "pas à l'aise avec les compétitions". Mais Pierre Lemaitre était bien là, ému. "Je le vis par délégation, Albert est pas là. De manière un peu arrogante je le remplace. C'est lui le grand adaptateur de ce film. Je suis heureux d'être là", a-t-il expliqué vendredi au micro d'Europe 1. "Je pense que ma légitimité à y être est qu'il reste beaucoup de mon histoire dans ce film".

"Il me manque beaucoup ce soir". "Pour tout vous dire, il me manque beaucoup ce soir. J'étais son sparring-partner, on se renvoyait les balles, je l'ai aidé à analyser la manière dont il avait envie de le faire. Et puis après j'ai lâché car il fallait qu'il fasse son film. C'est lui qui a fait ce film intégralement. Le grand homme de ce film, c'est Albert Dupontel. Je crois que je suis le grand homme du livre, chacun sa part", a-t-il encore ajouté.

"Un summum". L'écrivain a également rappelé combien cette réussite, en libraire comme à l'écran était "extravagante". "Quand on écrit, je crois qu'il faudrait vraiment une arrogance folle pour s'imaginer la carrière extravagante qu'a pu faire ce livre. La carrière s'est faite vraiment d'empilements dont aujourd'hui est un peu le summum", a-t-il souligné. "Très franchement j'avais beau avoir un peu d'imagination, ça je ne l'avais pas prévu"