"La Victoire de Samothrace" a retrouvé tout son éclat au Louvre

  • A
  • A
"La Victoire de Samothrace" a retrouvé tout son éclat au Louvre
La Victoire de Samothrace, après restauration.@ 2014 Musée du Louvre / Antoine Mongodin
Partagez sur :

EN IMAGES – La célèbre sculpture grecque du 2e siècle avant notre ère a regagné son socle, en haut d'un imposant escalier du musée.

C'est une grande statue de femme ailée qui représente la déesse de la victoire, Niké. "La Victoire de Samothrace" a retrouvé sa place au Louvre, mardi. Après dix mois de restauration, la célèbre sculpture grecque, qui date du 2e siècle avant notre ère, a regagné son socle, qu'elle occupe depuis 1883. Les  visiteurs vont bientôt pouvoir la découvrir sous un nouveau jour, en haut du monumental escalier Daru. 

Retrouver l'éclat mais garder la patine. "L'idée, c'était de la nettoyer mais en tenant compte du temps qui passe sur une œuvre", explique Ludovic Laugier, qui a supervisé la restauration. On distingue donc le marbre blanc de Paros, au grain très fin, mais aussi la patine blonde de la statue, marquée par le temps.

Après restauration, La Victoire de Samothrace

© 2014 Musée du Louvre / Antoine Mongodin

Haute d'un peu plus de cinq mètres, la statue était posée sur l'avant d'un navire. "C'est une statue de la Victoire, saisie au moment où elle pose le pied sur l'avant d'un bateau. Pour les Grecs, c'est ça l'idée, et c'est ça qui est beau", s'enthousiasme Ludovic Laugier. Avec sa restauration, la silhouette de "La Victoire de Samothrace" a gagné en légèreté : le bloc moderne qui séparait la statue du navire a été retiré, "pour retrouver le contact" du pied avec le navire.

Après restauration, La Victoire de Samothrace

© 2014 Musée du Louvre / Antoine Mongodin

Découverte surprise. La restauration a fait apparaître de petites traces de couleur, dont on n'avait pas connaissance. Du bleu, invisible à l'œil nu, se trouvait dans le bas du manteau. Coup de chance : il a été découvert par les restaurateurs "dans le premier quart d'heure". Autre belle surprise : une grande plume, taillée à part pendant l'Antiquité, mais qui avait été rajoutée à la statue, a pu être réintégrée. "Ça veut dire trente centimètres d'ailes en plus, c'était le plus beau jour de ma vie", se réjouit Ludovic Laugier.

La statue ne sera dévoilée au public qu'à partir du 12 juillet.