Karl Lagerfeld : "j'ai horreur des selfies"

  • A
  • A
Karl Lagerfeld : "j'ai horreur des selfies"
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Directeur artistique de Chanel, créateur de sa propre ligne, le couturier était l'invité d'Europe 1 lundi. 

Karl Lagerfeld, directeur artistique de Chanel, de la maison italienne Fendi et créateur de sa propre ligne depuis 1984, était l'invité d'Europe 1, lundi. Ce passionné de photographie, de mode et de littérature aime à penser qu'il peut "toujours faire mieux" et qu'il doit sans cesse "se donner un coup de pied" pour avancer. En attendant, il passe sa vie dans les avions entre Rome, New York et Milan.

>> Karl Lagerfeld a tout de même fait un détour par Europe 1, l'occasion d'évoquer sa carrière, mais pas seulement.  


"J'ai horreur des selfies". Karl Lagerfeld, catogan, costume impeccable, long col blanc et lunettes noires, a un look immuable. "Je suis assez content d'avoir fait de moi une espèce de caricature identifiable à la seconde. Et ça marche sur la terre entière", se réjouit-il. Mais sa notoriété est parfois handicapante. "Je ne vais plus dans la rue, dans aucun pays", affirme-t-il sans rire, avant d'ajouter "j'ai horreur des selfies." 

Son secret de longévité. Le couturier, "toujours mécontent à son propre égard", est aussi très attentif à son hygiène de vie. Il "n'a jamais fumé, ne boit pas, n'a jamais pris de drogue" et fait ainsi figure d'exception dans un milieu connu pour ses excès.  Sa fermeté vis-à-vis de lui-même, secret de longévité sans doute, ne l'empêche pas d'avoir une admiration sans borne pour "ceux qui se détruisent", explique-t-il.  

Le look des politiques. Karl Lagerfeld a profité de sa présence au micro d'Europe 1 pour glisser un petit conseil à François Hollande pour en finir avec sa cravate qui glisse : "Malheureusement, il faut mettre une épingle à nourrice pour que ça ne bouge pas." Evoquant ensuite les looks de Manuel Valls, d'Emmanuel Macron et de Bernard Cazeneuve : "Je les trouve tous les trois assez impeccables", a-t-il affirmé, avant de souligner : "Ce Cazeneuve, pour un homme qui n'est pas très grand, il s'en sort pas mal ! " Karl Lagerfeld  leur préfère tout de même Fleur Pellerin et se dit fan inconditionnel de Martine Aubry, "depuis longtemps". "J'aime ce genre de femmes avec une grande gueule, qui disent ce qu'elles pensent." Quant à Ségolène Royal ? "Elle embellit avec l'âge", parole de Grand Couturier.

Les biopics sur Yves Saint Laurent ? Karl Lagerfeld apparaît dans les deux biopics consacrés à Yves Saint Laurent, qu'il connaissait très bien. "C'est caricatural pour moi qui connaît la vérité de l'histoire", assure le grand couturier au micro d'Europe 1.  Même si Karl Lagerfeld apprécie certains acteurs dans les deux films, il n'a pas particulièrement apprécié les biopics. "C'est dantesque ! L'ambiance, les gens, c'était différent. Les filles ne sont pas à la hauteur. Dieu sait que j'aime la petite (Léa) Seydoux, mais ce n'est pas Loulou (de la Falaise, mannequin devenue créatrice pour Yves Saint Laurent, ndlr.). Aucune de ces filles ne ressemble à Betty Catroux non plus (ancien mannequin français et muse d'Yves Saint Laurent, ndlr)." Pour le couturier, "c'est un histoire dans laquelle Yves Saint Laurent sert de trame." Et quand un film sera tourné sur lui ? "Moi je ne veux surtout pas de film", répond Karl Lagerfeld, heureux que Pedro Almodóvar ait refusé d'en faire un lorsqu'on lui a soumis ce projet.