"J'avais besoin de tout lâcher", confie Pascal Obispo sur "Billet de femme"

  • A
  • A
0 partage

Le chanteur était l'invité de Julia Martin, dimanche, dans la playlist d'Europe 1, pour présenter son nouvel album "Billet de femme".

L'histoire de cet album est celle "d'une pure rencontre". Avec Marceline Desbordes-Valmore, poétesse et femme de lettre du XIXe siècle, dont il a repris les poèmes pour les chanter. Invité de Julia Martin dans la playlist d'Europe 1 dimanche, Pascal Obispo s'est confié sur la genèse de son tout dernier album, Billet de femme, sorti le 5 février dernier. 

"J'ai eu le coup de foudre". Il faut dire que celle-ci est un peu particulière. Après le décès de son père, l'interprète du tube Lucie a mis la main, en farfouillant entre deux tournées parmi les livres de poésie de celui-ci, sur un ouvrage dans lequel apparaissaient sur des pages cornées des poèmes de Marceline Desbordes-Valmore. "J'ai eu le coup de foudre, littéralement, pour cette auteure. Je l'appelle ma nouvelle copine, Marceline", plaisante-t-il.

Très vite, Pascal Obispo trouve une telle "correspondance dans [leurs] souffrances respectives" qu'il a "envie de les mettre en musique". "J'appelle ça une fulgurance, ça s'est passé en deux trois jours", se souvient le chanteur. "Je me suis mis devant mon piano, j'avais besoin de tout lâcher", confie-t-il. 

"La scène, c'est un pur plaisir". Il venait alors d’achever une tournée. Et comme souvent, "vous sentez un réel vide", confie cet habitué des concerts. Mais s'il est aujourd'hui un vrai routard de la scène, Pascal Obispo "a vécu une petite dizaine d'années de galère" au début de sa carrière. Le quinquagénaire se souvient notamment d'un spectacle à Nice.... avec seulement 90 personnes. Mais "ça ne peut faire que du bien de commencer petit, dans des petites salles, dans des bars avec des mecs bourrés", reconnait celui qui dit aussi "avoir joué devant 13 personnes, avec des concerts qu'on avait préparés pendant des semaines". 

Aujourd'hui, il appréhende les choses différemment : "cela forme un artiste sur scène", se souvient-il. "La scène, c'est un pur plaisir. [...] Moi je monte sur scène, il me tarde d'y être", poursuit-il expliquant ne pas être sujet du tout au trac. "Pour moi, c'est un vrai plaisir et un vrai cadeau que les gens viennent vous voir". 

>> Retrouvez l'émission intégrale "la playlist d'Europe 1" de Julia Martin en cliquant ici