Isabelle Adjani va tourner son premier film en Algérie, pays natal de son père

  • A
  • A
Isabelle Adjani va tourner son premier film en Algérie, pays natal de son père
Isabelle Adjani va tourner aux côtés de Rachida Brakni et Maïwenn.@ Alberto PIZZOLI / AFP
Partagez sur :

Isabelle Adjani va joueur dans "Sœurs", le prochain film de la réalisatrice Yamina Benguigi tourné principalement en Algérie.

L'actrice Isabelle Adjani va tourner en octobre son premier film en Algérie, le pays natal de son père, sous la direction de Yamina Benguigui, a annoncé jeudi la réalisatrice au Parisien. "Pour la première fois, Isabelle va tourner en Algérie, dans un rôle d'Algérienne. Ce sera un film de femmes, uniquement avec des femmes. Il questionnera le rapport au pays d'origine et au pays d'accueil, l'enracinement, l'intégration", a indiqué la réalisatrice, également ex-ministre française de la Francophonie.

Avec Rachida Brakni et Maïwenn. Le tournage de Sœurs, qui doit débuter fin octobre pour 11 semaines, aura lieu entre Alger, Oran et Constantine, puis à Paris et dans le nord de la France, indique le journal, qui précise que le long-métrage racontera comment trois sœurs - interprétées par Isabelle Adjani, Rachida Brakni et Maïwenn - "se déchirent lorsque l'une d'elles (jouée par la star) décide de raconter au théâtre la vie de leur père mourant". Si ce sera la première fois que l'actrice multiprimée jouera aux côtés de Rachida Brakni, elle a déjà partagé l'affiche avec Maïwenn, notamment dans L'Été meurtrier en 1983, où cette dernière jouait Isabelle Adjani enfant.

Père d'origine kabyle. "Pour les Algériens, Isabelle représente la femme algérienne qui a réussi et qui a assumé ses origines. Elle leur appartient", estime la réalisatrice, elle-même d'origine algérienne, qui a déjà tourné avec elle un téléfilm. Née d'un père d'origine kabyle, Isabelle Adjani avait débuté le tournage dans la capitale algérienne du film Parfums d'Alger de Rachid Benhadj en 2010, mais elle avait quitté le plateau au bout de quelques jours à la suite d'un désaccord avec le cinéaste, rappelle Le Parisien