En raison de la Coupe du monde, les Français sont (beaucoup) moins allés au cinéma cet été

  • A
  • A
En raison de la Coupe du monde, les Français sont (beaucoup) moins allés au cinéma cet été
Les Français ont préféré le football au 7ème art en juillet.@ PIERRE-FRANCK COLOMBIER / AFP
Partagez sur :

L'été prend fin et le bilan est plutôt morose pour les salles de cinéma qui ont enregistré une baisse de fréquentation supérieure à 20% en juillet, la faute principalement à la Coupe du monde.

Entre supporter les Bleus et aller au cinéma, les Français ont choisi : c'est le football qui a passionné les foules cet été, au détriment des salles de cinéma. Pendant que les Bleus allaient chercher leur deuxième titre de champion du monde, les salles obscures ont enregistré une baisse de la fréquentation de 20% en juillet, par rapport au même mois l'année dernière, d'après les chiffres du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC).

Deux mois de forte baisse. Un peu plus de 14 millions de personnes sont allées au cinéma au mois de juillet, 20,2% de moins que l'an passé. Les beaux jours, combinés à la folle épopée de l'équipe de France en Coupe du monde, ont éloigné les Français des salles obscures. L'effet Bleus se fait d'ailleurs ressentir sur deux mois (la compétition a débuté le 14 juin) puisque la fréquentation des salles a aussi sévèrement baissé en juin, avec 9,84 millions de cinéphiles, soit 15,6% de moins qu'en 2017. Les chiffres du mois d'août ne sont pas encore disponibles mais seront donc cruciaux pour le box-office annuel.

Un "effet Bleus". Une baisse de la fréquentation avait déjà été observée en 2016, quand les Bleus avaient atteint la finale de l'Euro, à domicile. En juin et en juillet, le CNC avait relevé des baisses de fréquentation de respectivement 2% et 3,1%. Mais il y avait quand même eu 17,88 millions de tickets vendus. Preuve qu'il s'agit bien d'un "effet Bleus" et non d'un "effet football" plus général : en 2014, quand l'équipe de France s'était arrêtée en quarts de finale du Mondial brésilien, les Français avaient massivement réinvesti les salles de cinéma. La fréquentation avait ainsi augmenté de 15,2% en juillet (15,7 millions de tickets).

Mais la chute drastique de fréquentation observée en juillet cette année trouve sa source au-delà du football. Elle s'explique aussi, sans doute, par une programmation assez pauvre, avec comme seules têtes d'affiche Les Indestructibles 2Ant-Man et la Guêpe, et Hôtel Transylvania 3. Trois films qui ont réalisé des performances respectables, mais pas étincelantes, au box-office. La famille des Indestructibles a attiré cinq millions de spectateurs (soit 600.000 de moins que le total du premier film sorti en 2004), le troisième opus de la franchise Hôtel Transylvania devrait lui dépasser d'une courte tête ses prédécesseurs (2,1 millions en un mois, contre 1,7 et 2,2 millions au total pour les deux premiers épisodes), tout comme la suite des aventures de l'homme-fourmi (1,7 millions en cinq semaines, contre 1,8 au total pour Ant-Man).

Le cinéma français s'en sort bien. Ces résultats sont plutôt satisfaisants pour les studios mais insuffisants pour tirer vers le haut le box-office français, d'autant plus qu'il n'y a pas eu, cette année, de grosse comédie française capable de distraire des millions de spectateurs.

Malgré cette absence de tête d'affiche, le cinéma tricolore continuer de tirer son épingle du jeu en 2018 avec une part de marché de 39,1% sur les sept premiers mois de l'année, contre 34,1% l'an dernier. Soit un total de 33,3 millions d'entrées, contre 28 millions en 2017. De bons résultats dus principalement aux Tuche 3 et à La Ch'tite famille, sortis en début d'année et qui ont attiré respectivement 5,7 et 5,6 millions de téléspectateurs.