Sicario : "un excellent polar, mais sans dimension"

  • A
  • A
Sicario : "un excellent polar, mais sans dimension"
Partagez sur :

CANNES 2015 - Le film du Canadien Denis Villeneuve est un bon spectacle mais il s'en tient là, selon Bruno Cras, journaliste spécialiste du cinéma à Europe 1. 

#CRITWEET

Avec Sicario, présenté mardi en compétition à Cannes, Denis Villeneuve envoie Emily Blunt en renfort à la frontière américano-mexicaine. L'actrice britannique, qui campe une jeune recrue du FBI, rejoint un groupe d’élite, joué notamment par Josh Brolin et de Benicio Del Toro. Leur mission ? Neutraliser un puissant narcotrafiquant. Bruno Cras, spécialiste du cinéma à Europe 1, nous livre sa critique.

L'ordre… et la morale ? Denis Villeneuve n'a pas choisi le titre de son film, Sicario, au hasard. Le réalisateur canadien précise d'ailleurs dès le début du film qu'il s'agissait, dans l'antique Israël, d'activistes juifs qui défendaient Jérusalem contre les romains. Il rappelle aussi que la traduction littérale de "Sicaire" n'est autre que "tueur à gage". Quelques précisions nécessaires pour lever toute ambiguïté : les personnages qui défendent l'ordre dans son film sont aussi des tueurs.

Sicario est "un excellent thriller". "Le suspens ne faiblit pas une seconde pendant ce thriller de deux heures", assure notre journaliste. Denis Villeneuve montre "de manière crue et brutale les méthodes peu orthodoxes des policiers américains et mexicains contre les trafiquants de drogue à la frontière des Etats-Unis et du Mexique."

Verdict ? Sicario est un "excellent polar", selon Bruno Cras, qui regrette pourtant le manque de profondeur du film. Il n'aura sans doute pas la Palme. "A Cannes les films qui n'ont ni dimension sociale ni dimension politique, économique ou philosophique n'ont pas toujours la cote", rappelle Bruno Cras.