Cannes 2018 : les quatre chances françaises pour la Palme d'or

  • A
  • A
Cannes 2018 : les quatre chances françaises pour la Palme d'or
Partagez sur :

Quatre films français font partie de la compétition, parmi les 21 films en lice pour la Palme d'or.

Le Festival a démarré mardi soir. 21 films ont été sélectionnés pour la compétition et seront projetés en première mondiale pendant onze jours. Le 19 mai au soir, les neuf membres du jury rendront leur verdict et décerneront leur palmarès. Parmi les récompenses, le sacre suprême : la Palme d'or. Quatre longs-métrages français sont en course pour rafler la précieuse distinction.

En guerre de Stéphane Brizé

Deuxième sélection en compétition pour Stéphane Brizé, trois ans après La loi du marché. À l'époque, le film avait été distingué, avec le Prix d’interprétation masculine pour Vincent Lindon.

Le réalisateur français a gardé sa fibre politique et sociale pour ce nouveau long-métrage. Après le quotidien d'un agent de sécurité dans La loi du marché, Stéphane Brizé s'intéresse aux mouvements sociaux. En guerre raconte la révolte d'ouvriers d'une usine dont l'entreprise a décidé de la fermeture. Le cinéaste retrouve Vincent Lindon, avec qui il avait déjà collaboré trois fois.

Un couteau dans le cœur de Yann Gonzalez

Le jeune cinéaste français avait fait parler de lui sur la Croisette en 2013, à la Semaine de la Critique, avec son premier film Les rencontres d'après minuit. Fortement soutenu par une partie de la critique (les Cahiers du Cinéma, Le Monde, Libération, les Inrockuptibles), l'oeuvre de Yann Gonzalez témoignait d'une vraie singularité. Cinq ans plus tard, c'est une première confirmation pour le réalisateur avec une sélection en compétition pour son second long-métrage.

Un couteau dans le cœur plonge le spectateur dans le milieu du porno gay. Anne (Vanessa Paradis) est une productrice. Elle décide de tourner un nouveau film avec un ami de longue date, mais un de ses acteurs est retrouvé mort. Elle se lance alors dans une étrange enquête.

Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré

Christophe Honoré n'était pas revenu au Festival de Cannes depuis 2011 et la projection en clôture de son film Les biens-aimés. La dernière fois qu'il était en compétition, le cinéaste français présentait Les chansons d'amour (2007). Le voilà donc à nouveau dans la course pour la Palme d'or avec Plaire, aimer et courir vite, porté par le trio d'acteurs Vincent Lacoste, Pierre Deladonchamps et Denis Podalydès. Le film raconte l'histoire d'Arthur, un étudiant rennais, dont la vie va basculer après avoir rencontré Jacques, un écrivain venu de Paris.

Les Filles du soleil d'Eva Husson

Eva Husson est l'une des trois femmes cinéastes présentes en compétition, avec l'Italienne Alice Rohrwacher et la Libanaise Nadine Labaki. C'est la première fois qu'elle vient à Cannes, et pour cause, Les Filles du soleil est seulement son deuxième long-métrage, deux ans après Bang Gang. Si ce premier film évoquait la sexualité de lycéens, changement radical de sujet avec Les Filles du soleil.

Direction l'est de la Turquie et la région de Gordyenne, tenue par une bande d'extrémistes. Le spectateur suit un bataillon de combattantes kurdes qui tente de reconquérir la zone. Au casting, on retrouve notamment Golshifteh Farahani et Emmanuelle Bercot.