Annie Girardot, visage d’Alzheimer

  • A
  • A
Annie Girardot, visage d’Alzheimer
Annie Girardeau est décédée de la maladie d'Alzheimer. Sa maladie avait été révélée au grand public par sa fille, en 2006.@ EXTRAIT "AINSI VA LA VIE"
Partagez sur :

L’actrice, atteinte depuis 10 ans par cette maladie, en était devenue une figure malgré elle.

"Les films que j’ai tournés, les hommes que j’ai aimés, c’est la belle histoire de ma vie… Sauf que maintenant vous la connaissez mieux que moi". Avec ces mots, soufflés dans son oreille en 2007, Annie Girardot était devenue le visage du mal dont elle était atteinte. Depuis plus de dix ans, elle souffrait de la maladie d’Alzheimer.

Regardez son face-à-face avec la caméra :

Un tabou brisé

Pour son ami et secrétaire particulier de 1995 à 2007, Leo Bardon, l'actrice était consciente de porter un message avec sa maladie, et a contribué à en briser le tabou. "Je vais y arriver, je vais y arriver, si je ne le fais pas pour moi, je le fais au moins pour les autres" affirmait Annie Girardot quand elle n'arrivait pas à dire son texte.

Un trouble dans le regard

Sa maladie avait été révélée au grand public en 2006, par la voix de la fille de l’actrice, Giulia Salvatori. Elle s’était confiée dans une interview à Paris-Match, où elle racontait comment elle avait repéré les premiers signaux d’Alzheimer. Mais aussi sa douleur au moment du diagnostic : "La sensation de l’irréversible. Ça vous tombe dessus, c’est très brutal", expliquait-elle à l’époque.

Un regard trouble, des moments d’absence : voilà ce qu’était devenue Annie Girardot. Irène Frain, qui avait réalisé l’entretien pour Paris-Match, parlait d’une "troublante présence-absence" de cette grande dame de théâtre. Et c’est cette personnalité qu’a dévoilé, à tous, le réalisateur Nicolas Baulieu, dans un documentaire diffusé en 2008, Ainsi va la vie. Un film, réalisé après huit mois de tournage, et qui montrait le quotidien d’Annie Girardot dont les yeux brillaient quand on lui parlait de cinéma même si cette pathologie dégénérative lui avait fait oublier qu’elle était l’actrice aux trois César.

Un extrait d'Ainsi va la vie :

"Une complicité" mère-fille malgré Alzheimer

En montrant les ravages de la maladie, Nicolas Baulieu a donné à Annie Girardot le dernier rôle de sa vie : celui de symbole d’Alzheimer, une pathologie incurable qui touche plus de 800.000 personnes en France.

Annie Girardot vivait au sein d’un établissement spécialisé. Mais cet isolement créé par la maladie n’empêchait pas la comédienne de partager encore des moments de "complicité" avec sa fille, comme Guilia Salvatori, l’avait confiée, en septembre dernier à Europe 1. Même si, avouait-elle à l’époque, que sa mère était "dans son monde d’Alzheimer".

Pour Giulia Salvatori, elle avait oublié qu'elle était comédienne :