A Saint-Helène, le consul français vit dans l’isolement... mais avec Napoléon

  • A
  • A
Partagez sur :

Michel Dancoisne-Martineau est le consul honoraire de France de Saint-Hélène. Au micro de Caroline Roux lundi, il raconte les années d'exil de Napoléon.

INTERVIEW

Depuis 30 ans, Michel Dancoisne-Martineau est consul honoraire de France de Saint-Helène, cette île située à 1.930 kilomètres de l'Afrique et à 3.500 km du Brésil. Il est aussi en charge du domaine français de l’île et de la maison de Longwood. C’est là que Napoléon a vécu son exil forcé avant d’y mourir. Depuis le 6 avril, une exposition est consacrée à la vie de l'empereur sur cette île isolée au musée des Invalides à Paris.

Entendu sur Europe 1
Il n’y a pas de téléphone et jusqu'à hier il n'y avait pas d'avion à Sainte-Helène. Le cadre de vie, l’isolement, correspondait exactement à ce que je recherchais

Entendu sur Europe 1
La maison de Longwood, ce n’est pas accueillant du tout. C’est fidèle à ce que c’était lorsque Napoléon est mort. C’est une maison qui se trouve à 450 mètres de haut, du coté sud-est de l'île, du coté des alizés donc à vent constant.

Entendu sur Europe 1
Napoléon arrive à Sainte-Hélène dans l’espoir que cela ne va pas durer. Il va utiliser une table de billard pour déployer ses cartes militaires et utiliser les queues de billard pour éviter que les cartes ne se déroulent. Il détourne les objets de leurs fonctions premières.