Coupe du monde : "Une victoire des Bleus n'aura pas d'effet économique durable"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'expert en économie du sport Pierre Rondeau estime que l'augmentation momentanée de la consommation ne sera "qu'une parenthèse enchantée". 

INTERVIEW

À grand parcours des Bleus en Coupe du monde, embellie sur le front économique ? C'est en tout cas une croyance de plus en plus répandue alors que les Bleus vont disputer dimanche à Moscou la troisième finale de leur histoire dans cette compétition.

"Le pouvoir d'achat n'augmente pas". Mais cette "parenthèse enchantée", comme l'identifie Pierre Rondeau, n'aurait pas vraiment le pouvoir de soutenir durablement la demande intérieure : "On peut s'imaginer que la victoire des Bleus booste l'économie car cela va procurer le bonheur", avance cet expert en économie du sport. On pourrait assister à une augmentation de la consommation donc de la production et de la croissance. Le seul souci, c'est que le pouvoir d'achat n'augmente pas. Ce que les Français auront consommé en juillet, ils ne vont pas le consommer en août, par exemple. Il y aura un impact de court terme qui sera compensé par une rechute dans les mois suivants la compétition. L'effet ne sera pas durable."

Entendu sur Europe 1
Jacques Chirac avait vu sa cote de popularité exploser en 1998, François Hollande avait vu la sienne augmenter de 9 points après l'Euro 2016
Pierre Rondeau, expert en économie du sport

"Effet immédiat et assuré" pour les dirigeants du pays. En revanche, Emmanuel Macron pourrait tirer son épingle du jeu d'un triomphe des Bleus face à la Croatie ou à l'Angleterre. "Alors qu'économiquement, il n'y a pas vraiment d'effet, en politique il y a un effet immédiat et assuré", assure l'expert en économie. "Jacques Chirac avait vu sa cote de popularité exploser en 1998, François Hollande avait vu la sienne augmenter de 9 points quand la France est arrivée en finale à l'Euro 2016. Il y a un avantage sûr et garanti." Mais le locataire de l'Élysée va-t-il pouvoir capitaliser sur cette liesse populaire ? "À voir, mais ce qui est certain, c'est qu'il pourrait passer un été tranquille."