Coupe du monde : cinq choses à retenir de la victoire de l'Uruguay sur le Portugal

  • A
  • A
Coupe du monde : cinq choses à retenir de la victoire de l'Uruguay sur le Portugal
Cavani, touché au mollet gauche, a dû quitter le terrain, samedi soir, face au Portugal.@ Jonathan NACKSTRAND / AFP
Partagez sur :

L'Uruguay a battu le Portugal (2-1) et rejoint la France en quarts de finale. Edinson Cavani est sorti sur blessure.

LE RÉSUMÉ DU MATCH

La France connaît son adversaire en quarts de finale de la Coupe du monde : ce sera l'Uruguay, vainqueur du Portugal, samedi soir, à Sotchi (2-1). Les deux buts de la Celeste ont été inscrits par le même Edinson Cavani, qui a dû quitter ses coéquipiers à une vingtaine de minutes de la fin. Le Portugal de Cristiano Ronaldo, champion d'Europe en titre, a été trop timide devant le but.

Cavani auteur d'un magnifique doublé… Les supporters du PSG le savent bien. Dans son arsenal de buteur, Edinson Cavani possède deux armes essentielles : la tête et la première intention. Il l'a montré, samedi soir, contre le Portugal. Dès la 7e minute de jeu, à l'origine du décalage sur la gauche pour Luis Suarez, "Edi" a été à la réception de ce une-deux XXL, d'une tête pleine d'engagement pour l'ouverture du score (1-0, 7e). En deuxième période, il a redonné l'avantage à la Celeste d'une reprise sur un pas, magnifiquement enroulée, et placée hors de portée du gardien portugais Rui Patricio, qui n'avait pas anticipé (2-0, 62e). Un doublé splendide, fêté avec intensité par un Cavani totalement habité.

… avant de sortir sur blessure. Mais la soirée d'"Edi" tourna ensuite un peu à l'aigre. Touché au mollet droit, il dut quitter ses coéquipiers à une vingtaine de minutes du terme, avec l'aide de Cristiano Ronaldo. Même si "CR7" a visiblement suivi les injonctions de l'arbitre de la rencontre, le Mexicain César Arturo Ramos, cela reste une belle image de sportivité, qui a fait le tour du monde.

L'Uruguay, coriace adversaire. Évidemment, la présence ou non d'un buteur comme Cavani modifie le visage de l'adversaire qu'aura à affronter la France, vendredi prochain, à Nijni Novgorod (à 16 heures, heure française). Car Cavani n'est pas qu'un redoutable buteur et le complément idéal de son compère Luis Suarez en attaque, il est aussi l'âme de cette équipe et son premier défenseur. Il fallait voir son placement sur les attaques du Portugal : le n°21 uruguayen (le 9 est porté par Suarez) évoluait presque en position de milieu défensif quand les champions d'Europe avaient le ballon.

Mais que Cavani soit là ou pas, les Bleus auront fort à faire, car la Celeste, qui laisse volontiers la possession à son adversaire (39% contre 61% au Portugal, samedi soir), est une équipe parfaitement organisée défensivement, autour de sa charnière centrale 100% Atlético de Madrid José Maria Gimenez-Diego Godin, lequel sait mettre son corps en opposition quand il le faut, et sans provoquer de coup de sifflet…

Cristiano Ronaldo muet. La Ronaldo-dépendance a fait son effet, samedi soir. Le Portugal, qui avait livré un premier match de haute volée contre l'Espagne, lors de la phase de groupes (3-3), a cette fois rendu une copie bien plus pâle, en raison, notamment, d'un "CR7" muet. Souvent mal inspirée, bien prise par la défense adverse, qui montait systématiquement sur ses tentatives de frappe lointaines, la star du Real Madrid a déçu. En première période, elle n'a même pas touché un seul ballon dans la surface de réparation adverse. Sa seconde période, pendant laquelle le Portugal y a cru grâce au but de Pepe (55e), ne fut guère plus brillante et fut même conclue par un carton jaune (le seul de la partie) pour une virulente contestation après une faute (évidente) non sifflée sur Ricardo Quaresma. Cet avertissement l'aurait privé du quart de finale…

Les Ballon d'Or dehors. L'élimination de Ronaldo est survenue quelques heures seulement après celle de son vieux rival Lionel Messi. Les deux joueurs, qui ont remporté les dix derniers Ballon d'or, ne gagneront sans doute jamais la Coupe du monde. Ronaldo, qui n'a jamais marqué un seul but dans la phase à élimination directe d'un Mondial, aura 38 ans en 2022, alors que Messi, un peu plus jeune, en aura 35. Et si "CR7" a eu la satisfaction d'un grand titre avec son équipe, l'an dernier, à l'Euro, Messi, lui, l'attend toujours. La prochaine Copa America, l'équivalent de l'Euro pour la zone Amsud, a lieu l'an prochain…