Une ONG lance une action de groupe contre Facebook à Paris

  • A
  • A
facebook
Internet Society France estime que Facebook "collecte l'orientation sexuelle, les opinions politiques et les croyances religieuses de ses membres". © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :

Internet Society France reproche au réseau social de ne pas respecter le Règlement européen sur la protection des données personnelles.

Une ONG française, Internet Society France, a lancé une action de groupe contre Facebook  pour non-respect du récent Règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), entraînant des "atteintes récurrentes aux libertés et à la vie privé", a-t-elle annoncé dans un communiqué vendredi.

"Quatre mois pour répondre". L'ONG a envoyé jeudi à Facebook une mise en demeure pour qu'elle réponde à sept principaux griefs, a-t-elle expliqué. Conformément au RGPD, Facebook aura "quatre mois pour répondre", avant que l'affaire ne soit portée devant le tribunal de grande instance de Paris.

Plusieurs centaines de participants. L'Internet Society France récolte depuis plusieurs mois les noms de personnes désireuses de participer à cette procédure, et affirme en avoir recueilli "plusieurs centaines". La procédure s'inscrit dans l'initiative "eBastille" lancée par l'association, qui vise à "encourager les citoyens européens à prendre en main leur destin numérique".

Des indemnités de 1.000 euros par personne. Parmi les sept manquements identifiés par l'association figurent notamment "des cookies traceurs qui récoltent des informations d'individus non membres mais consultant" Facebook, ou des conditions générales d'utilisation qui "limitent les responsabilités" du géant américain sur les données personnelles de ses utilisateurs. L'association estime également que Facebook "collecte l'orientation sexuelle, les opinions politiques et les croyances religieuses de ses membres". Selon elle, le préjudice causé par Facebook à chaque internaute pourrait être indemnisé à hauteur de 1.000 euros, soit "100 millions d'euros" si elle gagne son pari de rassembler 100.000 personnes sur la procédure.