Un phénomène et des suspicions : faut-il se méfier de TikTok ?

, modifié à
  • A
  • A
TikTok
TikTok a été téléchargé plus de 1,6 milliards de fois en trois ans d'existence. © Lionel BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :
L'application de partage de vidéos TikTok a été téléchargée quelque 700 millions de fois en 2019, c'est plus que Facebook. Un véritable phénomène chez les ados. Mais les liens de la plateforme avec la Chine provoquent également des inquiétudes, en particulier aux États-Unis.
ON DÉCRYPTE

Connaissez-vous TikTok ? C’est l’une des applications les plus populaires chez les ados. Le principe : de courtes vidéos avec des chansons, des blagues, des tours de magie, des défis plus ou moins malins et surtout une bonne dose de mise en scène. TikTok a été téléchargée plus de 700 millions de fois en 2019, selon le classement établi par SensorTower. Cela en fait la deuxième application la plus téléchargée, derrière Whatsapp mais devant Facebook ! Sauf que ce succès suscite des inquiétudes. Contrôlé par ByteDance, une entreprise chinoise, ce réseau social fait l’objet d’interdictions, totales ou partielles, dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis. Alors faut-il s’en méfier ?

Un succès fulgurant

Une jeune fille qui chante, des abonnés qui donnent leur avis. TikTok, c’est souvent aussi simple que cela. Et c'est justement cette simplicité qui séduit les ados. Dans leur smartphone, TikTok est en train de détrôner Facebook, Instagram et même Snapchat. TikTok ne communique le nombre d'utilisateurs en France, en revanche, on sait que plus de 400.000 vidéos y sont publiées chaque jour chez nous, soit 150 millions l'an dernier ! Un engouement exceptionnel puisqu’il y quatre ans, TikTok n’existait même pas. Aujourd'hui, comme sur Youtube et Instagram, des créateurs, ou influenceurs, règnent sur des communautés de millions d'abonnés.

Fait assez rare, l'application TikTok est aussi populaire en Occident qu'en Asie, là où Facebook ou Twitter se heurtent à la censure chinoise. Une popularité mondiale qui se traduit en un chiffre : 1,6 milliard de téléchargements depuis 2016. Une ascension exceptionnelle pour cette application, d'abord lancée en Asie où elle servait à partager des vidéos. En 2017, sa maison-mère, ByteDance, rachète musical.ly, une application de chant en playback sur le déclin et la fusionne avec TikTok. C'est sous ce nom que la plateforme de partage de vidéos en tous genres est partie à l'assaut des téléphones du monde entier.

Les États-Unis enquêtent, l'Inde interdit

Mais tout le monde ne partage pas l'enthousiasme des ados pour TikTok. Les États-Unis, notamment, sont pour le moins suspicieux. Début 2019, l'application a été condamnée par la justice américaine à verser une amende de cinq millions d'euros pour avoir collecté, sans accord parental, les données d'enfants de moins de 13 ans. En théorie, il s'agit de l'âge minimal requis pour s'inscrire sur TikTok. Mais comme sur tous les réseaux sociaux, la création du compte est uniquement déclarative, il n'y a pas besoin de fournir une pièce d'identité. La justice américaine a estimé que TikTok savait que des enfants étaient présents sur la plateforme et a malgré tout collecté leurs données.

Quelques temps après, le Sénat américain a lancé une enquête sur la sécurité des données des utilisateurs de TikTok. Et par mesure de précaution, les soldats américains ont reçu l’interdiction de l’utiliser sur leur téléphone professionnel. On peut y voir une conséquence de la tension commerciale entre les États-Unis et la Chine, impliquant une autre entreprise chinoise, le fabricant de téléphones Huawei. De son côté, l’Inde a temporairement banni TikTok au printemps 2019, l'accusant de propager des contenus pornographiques.

Une application comme les autres ?

Contacté par Europe 1, TikTok se défend. Non, l’application n’est pas un logiciel espion au service de la Chine. Il est géré par une compagnie à capitaux privés et même, pour partie, étrangers. Le siège est à Los Angeles et les données des utilisateurs sont stockées aux États-Unis et à Singapour. "Nous n'avons aucune activité opérationnelle en Chine", martèle un responsable de l'application. De fait, les données des utilisateurs ne seraient pas transmises au gouvernement chinois.

Quant à la modération des vidéos, des équipes de TikTok sont installées sur tous les continents. "Nous respectons les règles en vigueur dans chaque pays", assure-t-on, avec un double contrôle, par algorithme puis avec un regard humain. Un centre dédié à la protection des données et à la modération des contenus européens vient d’ailleurs d’être inauguré par TikTok, en Irlande. Enfin, concernant la présence d'enfants de moins de 13 ans et leur exposition à des contenus et des pratiques inadaptés à leur âge, TikTok met en avant les campagnes de sensibilisation au harcèlement menées sur la plateforme, notamment en France.

Parents, vous pouvez installer un contrôle parental

Comme tous les réseaux sociaux, TikTok peut accaparer l'attention des adolescents pendant de longues heures. Conscient que cela peut impacter négativement son jeune public, TikTok a mis en place au sein de l'application une limitation de durée. Cette option, à trouver dans les réglages et désactivée par défaut, permet aux parents de fixer une durée maximale quotidienne d'ouverture de TikTok, bloquée par un code. Au-delà de la limite, l'application se ferme et ne peut être rouverte avant le lendemain.