XV de France : Thierry Dusautoir défend "le droit à l'erreur" pour les joueurs

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
À la veille de France-Angleterre, l'ancien capitaine du XV de France estime vendredi sur Europe 1 que l'attente autour de l'équipe est "légitime", mais qu'il faut "leur laisser le temps".
INTERVIEW

D'un côté, le XV de France, qui a remporté il y a quinze jours face à l'Italie sa première victoire depuis près d'un an, et qui pointe à la cinquième place du Tournoi des Six Nations. De l'autre, l'Angleterre, son rival historique, qui a gagné 24 de ses 26 derniers matches. Dans ces conditions, difficile de nier l'évidence : le XV de la Rose se présentera samedi soir au Stade de France dans la peau de l'ultra-favori. "Le rapport de forces est un peu inégal", reconnaît sur Europe 1 l'ex-capitaine des Bleus Thierry Dusautoir. "Maintenant, on parle d'un sport de combat. L'enjeu peut réveiller la révolte chez les Bleus, d'autant plus que le match se joue à la maison. Avec l'aide du public, on peut espérer voir une belle réaction du XV de France".

"Il faut leur laisser le temps". Espérer et ne pas exiger. Car si "l'attente autour du XV est légitime", Thierry Dusautoir défend le "droit à l'erreur" pour les rugbymen français. "Ce qui est un peu difficile et qu'on oublie parfois, c'est que le XV de France a le même nom, mais ce ne sont pas les mêmes joueurs. Depuis deux-trois ans, l'équipe de France gagne peu, mais ce ne sont pas les mêmes joueurs qui perdent à chaque fois", répète l'ancien troisième ligne. "Lorsque vous êtes un jeune joueur et que vous arrivez en équipe de France, déjà, c'est impressionnant. Mais lorsque vous devez supporter une pression qui n'est pas la vôtre avec une équipe en difficulté, c'est encore moins facile", note celui qui avait été élu meilleur joueur du monde en 2011. "Il faut leur laisser le temps".

Entendu sur europe1 :
Ce qu'on oublie parfois, c'est que le XV de France a le même nom, mais ce ne sont pas les mêmes joueurs

"Le rugby français est en danger". Voilà pour les joueurs. Pour les instances dirigeantes, le discours n'est pas tout à fait le même. "Le rugby français est en danger. On a une opposition permanente entre notre Fédération et notre Ligue, un rapport bien trop souvent conflictuel et peu constructif. Sans accord, sans synergie entre ces deux institutions, il sera très compliqué pour nous d'avoir une équipe nationale compétitive", explique Thierry Dusautoir au micro d'Europe Soir

Une image dégradée. Débordements à Edimbourg, perquisitions dans l'affaire Laporte, vives polémiques liées au changement de sélectionneur… "L'image du rugby, qui était très positive, est en train de perdre du terrain petit à petit", observe encore l'ancien rugbyman. "Je ne suis pas sûr que les acteurs en prennent conscience, et c'est ce que je trouve dommage". Un récent sondage Odoxa pour RTL et Groupama a mis des chiffres sur cette réalité palpable. En un an, la popularité du XV de France a chuté de 29 points auprès des Français et même de 39 points auprès des amateurs de rugby. Seuls 6 Français sur 10 déclarent avoir aujourd’hui une bonne opinion de la sélection nationale. Pour le reste, 60% affirment que c’est à cause de ses résultats, 40% à cause des affaires qui touchent la Fédération.