Six-Nations : la France étrille l’Italie en ouverture du Tournoi

, modifié à
  • A
  • A
Le Français Matthieu Jalibert échappe au plaquage italien, lors de la victoire des Bleus en ouverture du tournoi des Six nations.
Le Français Matthieu Jalibert échappe au plaquage italien, lors de la victoire des Bleus en ouverture du tournoi des Six nations. © Filippo MONTEFORTE / AFP
Partagez sur :
Pour le match d’ouverture du tournoi des Six-Nations, au Stadio Olimpico de Rome, le XV de France n’a pas eu de mal à venir à bout de l’Italie (10-50), avec sept essais à la clé. Les Bleus entament le tournoi de la meilleure des manières. Ils devront confirmer contre l’Irlande le 14 février prochain.

Le XV de France a débuté le Tournoi des Six-Nations en surclassant l'Italie (50-10), équipe la plus faible de la compétition, samedi au stade olympique de Rome. Avec sept essais, dont un doublé de l'ailier Teddy Thomas, synonymes de bonus offensif, les Bleus prennent provisoirement la tête du classement avant le match de dimanche entre le Pays de Galles et l'Irlande. Dans la seconde rencontre de la journée, l'Ecosse a battu l'Angleterre à Twickenham (11-6).

La troupe de Fabien Galthié, en quête d'un premier titre dans le Tournoi depuis 2010, a fait mieux que lors de son précédent match face à l'Italie dans le Tournoi. En février 2020, la victoire (35-22) et le bonus étaient au rendez-vous mais l'écart de points insuffisamment soigné. Et à la fin de la compétition, l'Angleterre, à égalité de points avec la France, avait décroché le titre grâce à un meilleur goal average général.

Prochain rendez-vous contre l'Irlande

Outre Thomas, la France a pu s'appuyer sur un excellent Antoine Dupont. Le demi de mêlée toulousain a, à lui seul, inscrit un essai et délivré trois passes décisives. Les quatre autres essais ont été marqués par le troisième ligne Dylan Cretin, les centres Gaël Fickou et Arthur Vincent, ainsi que l'arrière Brice Dulin.

Lors de son deuxième match, la sélection de Fabien Galthié affrontera l'Irlande dimanche 14 février à Dublin où elle ne s'est plus imposée depuis 2011.