Roland-Garros : qui peut empêcher le sacre de Rafael Nadal ?

  • A
  • A
De gauche à droite : Dominic Thiem, Alexander Zverev et Novak Djokovic.
De gauche à droite : Dominic Thiem, Alexander Zverev et Novak Djokovic. © Photos AFP
Partagez sur :
L’Espagnol apparaît comme le grand favori pour une onzième couronne. La tâche de ses principaux rivaux, les jeunes Alexander Zverev et Dominic Thiem en tête, s’annonce extrêmement difficile.

Trois victoires en quatre tournois sur terre battue, une place de numéro 1 mondial retrouvée, une concurrence amoindrie : tous les feux sont au vert pour Rafael Nadal. Avant le début de Roland-Garros, dimanche, l'Espagnol aborde, comme chaque année ou presque, le tournoi parisien dans la peau du grandissime favori. Entre les absences de Roger Federer (qui a fait l’impasse sur le tournoi pour préparer Wimbledon) et d’Andy Murray (blessé depuis de longs mois), ou encore la méforme de Novak Djokovic et de Stan Wawrinka, la voie semble toute tracée pour Nadal. Alors, qui peut empêcher le roi de la terre battue d’être sacré pour la onzième fois ?

Europe 1 est la radio officielle de Roland-Garros ! Découvrez le programme de nos émissions depuis la Porte d'Auteuil.

  • Zverev et Thiem, les jeunes loups aux dents longues

L’an dernier, les talentueux Alexander Zverev et Dominic Thiem faisaient figure de sérieux outsiders. L'an dernier, l'Allemand avait été éliminé d'entrée, tandis que l'Autrichien avait atteint les demi-finales (éliminé par Nadal). Cette année, les deux valeurs montantes du tennis mondial sont montés d’un cran dans la hiérarchie, au point d’apparaître désormais comme les plus sérieux rivaux de Rafael Nadal. Zverev, 21 ans, a fait forte impression ces dernière semaines, notamment lors de sa victoire au Masters 1000 de Madrid, avec une victoire en finale contre… Thiem (6-4, 6-4). L’Allemand, n°3 mondial, a même été à deux doigts de faire chuter Rafael Nadal, le week-end dernier en finale du Masters 1000 de Rome (défaite 6-1, 1-6, 6-3). Reste une interrogation de taille : Zverev sera-t-il enfin à la hauteur en Grand Chelem, lui qui n’a jamais fait mieux qu’un huitième de finale (à Wimbledon l’an dernier).

Dominic Thiem, lui, a atteint les demi-finales du tournoi parisien ces deux dernières années. L'Autrichien (8ème mondial) a même réussi la prouesse de battre Nadal en quarts de finale du Masters 1000 de Rome (7-5, 6-3), la seule défaite de l’Espagnol sur terre battue cette saison. Thiem, "cogneur" à la frappe surpuissante, peut-il rééditer cet exploit au meilleur des cinq sets ? Rien n’est moins sûr : en deux confrontations à Roland, l'Autrichien n'a jamais pris le moindre set à Nadal. 

  • Djokovic et Wawrinka, à la recherche de leur gloire passée

Si Zverev et Thiem sont considérés comme les principaux rivaux de Nadal, ils le doivent autant à leurs performances qu’à la longue méforme de Novak Djokovic et Stan Wawrinka. Le Serbe, ancien n°1 mondial, traverse une longue période de doute depuis son succès à Roland-Garros en 2016, son dernier en Grand Chelem. "Nole", redescendu à la 22ème place mondiale, a connu une saison sur terre battue d’abord calamiteuse, avec des éliminations au deuxième tour à Barcelone puis à Madrid. Le "Djoker" a cependant rassuré sur son niveau au Masters 1000 de Rome, la semaine dernière, ne s’inclinant qu’en demi-finales contre Nadal. Dans ces conditions, voir Djokovic faire mieux que l’an dernier (quarts de finale) serait déjà une belle performance.

Les interrogations sont encore plus vives pour Stan Wawrinka. Depuis sa finale perdue face à Nadal l’an passé à Roland-Garros, le Suisse nage en eaux troubles. "Stanimal", longtemps blessé à un genou, ne parvient plus à retrouver son niveau. Absent pendant presque trois mois après une nouvelle blessure, il n’a effectué son retour à la compétition que la semaine dernière, au Masters 1000 de Rome, où il a été battu d’entrée. Wawrinka, désormais 25ème mondial, part de loin. Mais l'atmosphère de Roland l'a souvent transcendé, comme lors de sa victoire en 2015. 

  • Des outsiders en ordre dispersé

Dans ces conditions, plusieurs outsiders pourraient tirer leur épingle du jeu. Le Croate Marin Cilic (4ème mondial), quart de finaliste l’an passé, a atteint les quarts à Monte-Carlo et les demi-finales à Rome et sera assurément un gros client. Le Japonais Kei Nishikori (21ème mondial), quart de finaliste l’an dernier à Paris, a lui alterné le très bon (finale perdue contre Nadal à Monte-Carlo, quarts à Rome) et le décevant (défaite d’entrée à Barcelone). Le Belge David Goffin (9ème) n’a pas réussi à surfer sur sa formidable fin de saison dernière (finale du Masters), mais reste redoutable sur terre battue.

Le Bulgare Grigor Dimitrov (5ème mondial) n’a lui jamais réussi à franchir le troisième tour à Roland-Garros, mais il a tout de même atteint les demi-finales à Monte-Carlo cette année. Enfin, Juan Martin Del Potro, revenu à la 6ème place mondiale, aurait lui aussi pu figurer dans cette catégorie. Mais la participation de l’Argentin, qui a abandonné sur blessure à Rome la semaine dernière, reste incertaine.