Pour Bernard Laporte, être chroniqueur dans l'émission de Cyril Hanouna est "un honneur"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

"Je crois qu'il ne faut pas mettre les gens dans des cases", a expliqué le président de la Fédération française de rugby, dimanche, sur Europe 1. 

FACE AUX AUDITEURS

La place du président de la Fédération française de rugby (FFR) est-elle sur le plateau d'une émission de divertissement, chaque semaine ? La question a été posée à Bernard Laporte lors de l'émission "Face aux auditeurs", qui sera diffusée dimanche à 20 heures sur Europe 1. Chroniqueur de "Balance ton post", animée par Cyril Hanouna le vendredi sur C8, le patron du rugby français a plaidé la nécessité de "vivre avec son temps", et rappelé que son activité à la tête de la fédération était bénévole. 

"Ne pas mettre les gens dans des cases". "Quand on a un président de la Fédération française de rugby, ou d'un autre sport d'ailleurs, à qui on demande de faire une émission sur l'actualité", c'est un honneur", a estimé Bernard Laporte. "J'ai beaucoup de licenciés qui, quand je les croise, me disent qu'ils sont fiers que leur président ait été demandé à la table avec de grands débatteurs comme Karim Zéribi ou Éric Naulleau." "C'est comme dire qu'un président de fédération ne peut pas mettre des baskets avec un costume : c'était bon il y a vingt ans, qu'est-ce que ça veut dire aujourd'hui ? Il faut vivre avec son temps", a-t-il poursuivi, appelant à "ne pas mettre les gens dans des cases". 

"Le président bénévole, ça aura tendance à disparaître". L'activité, représentant "deux heures par semaine", constitue en outre un complément de revenu pour Bernard Laporte, non rémunéré à la tête de la FFR.  "Je crois que les licenciés se disent : 'il vaut mieux que ce soit Cyril Hanouna qui paye notre président de Fédération que nous, parce qu'au moins l'argent, il le laisse à la fédération'.", avance-t-il. Interrogé sur ses autres activités, l'ancien sélectionneur du XV de France évoque "des interventions sur le management auprès d'entreprises", comme source de revenu "essentielle". "Mais je crois qu'avec une fédération qui a 110 millions d'euros de budget, pratiquement 200 employés, le président bénévole, ça aura tendance à disparaître à terme", au profit d'un statut de président salarié, juge-t-il. "Moi, je m'étais engagé pour être bénévole donc je serai bénévole. Mais c'est un travail à temps plein, je le vois."

 >>> Retrouvez l'intégralité de l'émission "Bernard Laporte face aux auditeurs d'Europe 1" dimanche, dès 20 heures.