Ligue des champions : Lyon tenu en échec à Hoffenheim (3-3) après un match décousu

, modifié à
  • A
  • A
Kevin Vogt face à Memphis Depay (1280x640) THOMAS KIENZLE / AFP
Memphis Depay, ici à la lutte avec Kevin Vogt, a inscrit le troisième but de l'OL, mardi soir, à Hoffenheim. © THOMAS KIENZLE / AFP
Partagez sur :
Après avoir entrevu la victoire, l'Olympique lyonnais concède finalement le nul sur la pelouse d'Hoffenheim après un match un peu fou (3-3).

Avant la rencontre, le président de l'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas, avait parlé d'un match nul à Hoffenheim comme d'un "véritable exploit". Les joueurs de l'OL l'ont réalisé puisqu'ils ont fait 3-3 sur le terrain du club allemand, avec des buts de Bertrand Traoré, Tanguy Ndombele et Memphis Depay, mardi, lors de la 3ème journée de la phase de groupes de la Ligue des champions.

Mais cet "exploit" (rappelons quand même qu'Hoffenheim est huitième du championnat d'Allemagne et présente un budget environ trois fois inférieur à celui de l'OL) a une drôle de saveur car l'OL menait encore 3-2 à l'entame du temps supplémentaire. Mais une dernière errance défensive l'a contraint au match nul. C'est d'autant plus rageant qu'avec une victoire, le club rhodanien aurait fait un pas quasi décisif vers les huitièmes de finale de la compétition…

De l'OL pur jus. Depuis le début de la saison, on ne sait pas quoi penser de cet OL. Capable de l'emporter à Manchester City (2-1) - un authentique exploit celui-là ! -ou de rosser l'OM (4-2), mais aussi de sombrer corps et âme à Paris (0-5), Lyon a une nouvelle fois montré ses deux visages, mardi soir. Et le résultat nul est finalement logique tant l'équipe de Bruno Genesio, privée de Nabil Fekir, n'a rien semblé contrôler. Pourtant, c'est bien l'OL qui avait ouvert le score après une incompréhension entre le gardien d'Hoffenheim Oliver Baumann et son capitaine Kevin Vogt (27e). Ce but était intervenu au coeur d'une période de domination intense du TSG (pour Turn-und Sportgemeinschaft), Pavel Kaderabek et Nico Schulz mettant au supplice Ferland Mendy et Kenny Tete sur les côtés. Et c'est fort logiquement qu'Hoffenheim a égalisé par Andrej Kramaric dans une défense lyonnaise apathique (1-1, 33e).

90e+2… Et que dire du deuxième but d'Hoffenheim ! Le Croate Kramaric, en verve, fut à la réception d'un centre de Kerem Demirbay, et pu enchaîner contrôle-frappe comme à l'entraînement (2-1, 47e). Dans ce match totalement décousu, Tanguy Ndombele relança l'OL, après un tir puissant au premier poteau (2-2, 59e). Comme en début de match, les Gones firent à nouveau souffrir leurs adversaires, notamment en contre. Et Memphis Depay, requinqué comme jamais en ce début de saison, fut à la conclusion d'un contre initié par une ouverture splendide d'Houssem Aouar (2-3, 67e). Maintenu dans le match par un excellent Anthony Lopes, l'OL, guère aidé par un Martin Terrier inoffensif en attaque, fut puni de ses errances défensives dans le temps supplémentaire, par le Brésilien Joelinton (3-3, 90e+2). 3-3.

La qualification le 7 novembre ?  "J'avais dit que ce serait un exploit car je connais leur détermination, leur football", a expliqué Jean-Michel Aulas au micro de RMC Sport. "Perdre… Enfin, faire match nul dans ces conditions-là, c'est décevant." Mais le président de l'OL de se projeter sur la suite. "Il faudra faire aussi bien lors de la phase retour (soit prendre cinq points) avec l'avantage de disputer deux matches à la maison", dont le prochain, le 7 novembre, face à Hoffenheim. Et une victoire conjuguée à un succès de Manchester City face au Chakhtior Donetsk enverrait Lyon en huitièmes de finale. Mais difficile de croire que l'OL va faire dans la facilité…